Hommage national à Arnaud Beltrame : l'émotion des Français

30 Mars, 2018, 07:21 | Auteur: Lynn Cook
  • Attentats dans l'Aude rues rebaptisées saut du 3e RPIMa hommages en série pour Arnaud Beltrame

Le cercueil du lieutenant-colonel de la gendarmerie a été transporté dans une procession, du Panthéon à l'Hôtel des Invalides, où s'est tenue une cérémonie d'hommage national.

Cinq jours après les attentats de Carcassonne et de Trèbes, Emmanuel Macron a prononcé mercredi midi l'éloge funèbre d'Arnaud Beltrame, ce gendarme de 44 ans tué vendredi dernier par le terroriste Radouane Lakdim.

Le président français Emmanuel Macron a rendu hommage à l'héroïque policier qui est mort après s'être battu et avoir tenté de négocier avec le preneur d'otage, affirmant qu'il symbolisait "l'esprit de résistance français". Arnaud Beltrame avait rendez-vous avec sa vérité d'homme, de soldat, de chef. Marielle Beltrame a livré son témoignage à l'hebdomadaire chrétien La Vie. Les anciens présidents François Hollande et Nicolas Sarkozy, les dirigeants politiques de tous bords dont Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Laurent Wauquiez et François Bayrou, plus de 300 députés et des anciens ministres, dont François Fillon, Alain Juppé, Manuel Valls, étaient mercredi aux Invalides pour l'hommage solennel au colonel Arnaud Beltrame. Ils prendront eux aussi place dans la cour des Invalides.

Dans le 6ème arrondissement de Paris, le cortège funéraire quitte la caserne Tournon, où le corps du colonel était veillé par ses frères d'armes.

Au même moment, une minute de silence a été observée à 10 heures dans les gendarmeries, commissariats et préfectures de France.

Interrogé par l'AFP, un collègue et ami du gendarme a témoigné, sous couvert de l'anonymat: "J'ai une immense tristesse, c'était un homme en or". Sa décision de se livrer au jihadiste à la place d'une femme prise en otage dans le Super U de Trèbes, près de Carcassonne, a été "le geste d'un gendarme et le geste d'un chrétien", selon elle. Au cours de sa carrière, il a notamment été déployé en Irak en 2005 où il fut décoré de la croix de la valeur militaire puis commandant de compagnie au sein de la Garde républicaine assurant la sécurité du palais de l'Élysée.

Son épouse, comme lui... Dans la cour du célèbre monument parisien, la polémique sur la politique antiterroriste du gouvernement semble mise entre parenthèses. Les trois autres victimes - Hervé Sosna, Jean Mazières et Christian Medves - seront également inhumées jeudi.

Véritable héros, ce n'était pas la première fois qu'il sauvait une personne au péril de sa vie. Tué vendredi lors de l'assaut du GIGN, Radouane Lakdim était fiché "S" (pour "sûreté de l'Etat") depuis 2014 et inscrit depuis novembre 2015 au Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

Recommande: