Une visite secrète à Pékin pour Kim Jong-Un — Corée du Nord

28 Mars, 2018, 00:37 | Auteur: Lynn Cook
  • Kim Jong-un le 25 avril 2017.                  REUTERS

L'arrivée, lundi en fin d'après-midi, à Pékin d'un train en provenance de Corée du Nord et les mesures de sécurité renforcées autour de la résidence d'Etat Diaoyutai où séjournent régulièrement des dignitaires étrangers ont contribué à alimenter la rumeur d'une éventuelle présence de Kim Jong-un dans la capitale chinoise pour ce qui serait une visite historique.

Si elle était confirmée, il s'agirait de la première visite à l'étranger de Kim Jong-Un depuis qu'il a succédé à son père Kim Jong Il fin 2011.

Ce convoi spécial, placé sous très haute sécurité, était arrivé lundi après-midi dans la capitale chinoise, selon la même source. Les chaînes de télévision de la région diffusaient en boucle l'arrivée dans la capitale chinoise d'un long train sombre d'un autre âge ressemblant à celui utilisé autrefois par Kim Jong-il, l'ancien dictateur de Pyongyang qui ne se déplaçait que dans son wagon blindé.

Aucune confirmation officielle d'un déplacement du leader nord-coréen Kim Jong-un à Pékin n'a été diffusée mardi 27 mars mais tout accrédite cette hypothèse. L'agence de presse japonaise en est persuadé, affirmant qu'un train aurait amené Kim à Pékin. Les commentaires évoquant une visite de Kim Jong-un ont été rapidement censurés sur les réseaux sociaux chinois.

Alors que la Chine applique les sanctions internationales contre le programme nucléaire nord-coréen, Kim Jong Un n'a encore jamais officiellement rencontré le président chinois Xi Jinping, les deux pays étant pourtant des alliés historiques.

" L'intérieur de la gare était bloqué aussi ", a-t-il raconté à l'AFP.

Séoul (Corée du Sud), de notre correspondant.

Elle interviendrait également dans un contexte diplomatique très agité depuis les Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang, en Corée du Sud, qui a vu un étonnant rapprochement entre les deux Corées et a débouché sur une invitation à une rencontre faite au président américain Donald Trump, qu'il a acceptée, pour parler de dénucléarisation de la péninsule.

Dans ce contexte, Kim Jong-un avait limité les échanges diplomatiques entre ses proches et le Parti communiste chinois. Il doit ensuite rencontrer Donald Trump avant fin mai, mais le lieu et la date de ce sommet n'ont toujours pas été confirmés.

C'est un signe d'amélioration des relations entre Pyongyang et Pékin, à l'approche d'un sommet intercoréen et d'un sommet entre la Corée du Nord et les États-Unis, commente le quotidien de centre-gauche. Ce véhicule est, en effet, le moyen de locomotion préféré à la famille dirigeante depuis l'époque de Kim Il-sung, fondateur de la République démocratique populaire de Corée du Nord.