Le gouvernement lance un plan de prévention — Santé

27 Mars, 2018, 06:57 | Auteur: Jonathan Ford
  • La ministre Agnes Buzyn annonce le remboursement des traitements antitabac comme n'importe quel médicament

"La bonne santé passe par l'accès aux soins mais elle passe aussi par la prévention", a déclaré le Premier ministre, Édouard Philippe, en présentant les 25 mesures.

Un plan de 400 millions d'euros pour 5 ansCe plan comprend quelques mesures très concrètes. Edouard Philippe et Agnès Buzyn doivent présenter lundi matin un nouveau "plan prévention" lors d'un comité interministériel dans les locaux de Santé Publique France, dans le Val-de-Marne.

Ainsi, les traitements antitabac vont progressivement être remboursés comme n'importe quel médicament.

Parmi les autres mesures annoncées, le gouvernement veut "généraliser dès 2019" la vaccination en pharmacie contre la grippe. Le but: éviter l'une des malformations néonatales les plus fréquentes, les anomalies de fermeture du tube neural (1 naissance pour 1.000), à l'origine de malformations de la moelle épinière. Le gouvernement va aussi expérimenter, dans plusieurs régions, un "pass préservatifs" pour les moins de 25 ans: une carte qui permettra aux jeunes de se procurer des préservatifs gratuitement.

Le gouvernement entend par ailleurs "introduire un troisième programme national de dépistage organisé, celui du cancer du col de l'utérus" (les précédents concernaient le cancer du sein et le cancer colorectal). En octobre dernier, cette mesure avait été testée en Nouvelle-Aquitaine et en Auvergne-Rhône-Alpes. Cet étiquetage à cinq couleurs est destiné à informer les consommateurs sur la qualité nutritionnelle des aliments.

Ce week-end, la CGT et la CFDT ont anticipé la publication du plan en réclamant au gouvernement "d'arrêter la saignée" de l'agence Santé publique France et de "la doter de moyens cohérents avec les discours affichés".

Mettre en place dès 2018 un plan de 15 millions d'euros annuels pour financer des programmes de prévention en Ehpad (Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes). Ces médecins auraient voulu que la formule "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé" soit remplacée par "l'alcool nuit à la santé", et que le gouvernement dénonce tous les "messages trompeurs" sur la modération ou l'éducation à boire.

Albert Hirsch, professeur de pneumologie, université Paris-VII, administrateur de la LNCC.

Recommande: