Wauquiez sur Sarkozy : " Mise en examen ne vaut pas culpabilité "

26 Mars, 2018, 04:02 | Auteur: Lynn Cook
  • Wauquiez sur Sarkozy :

"On appelle à beaucoup de prudence par rapport aux événements parce que nous n'avons pas connaissance du fond du dossier", a dit à Reuters Gilles Platret, porte-parole de LR, en assurant de son soutien l'ex-président, qui "reste une figure capitale et incontournable de notre mouvement". Audition qui s'est achevé avant minuit. Dans l'affaire Bettencourt, Nicolas Sarkozy a en revanche bénéficié d'un non-lieu.

L'ancien chef de l'État, qui nie les faits qui lui sont reprochés, a également été placé sous contrôle judiciaire.

Les fidèles de toujours de Nicolas Sarkozy tel que Nadine Morano, n'ont pas hésité depuis l'annonce de sa garde à vue à le défendre bec et ongle à coup d'interviews et de tweets. "Je trouve le tribunal médiatique assez indécent", "les méthodes appliquées à son endroit sont donc particulières", a décrié l'ancienne ministre. Pour le maire (LR) de Lavaur, Bernard Carayon, " cette affaire ne tient pas debout ". "(.) Comment malgré tout ne pas rester songeur quand il a fallu près de onze ans de procédure", a encore relevé le président des Républicains.

Les relations entre Laurent Wauquiez et Nicolas Sarkozy se sont refroidies depuis la divulgation des enregistrements du président d'Auvergne-Rhône-Alpes, dans lequel on l'entendait raconter à des étudiants lyonnais que l'ancien président faisait écouter ses ministres.

Ce dernier est allé jusqu'à affirmer que le document, indiquant l'approbation d'appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles, M. Nicolas Sarkozy, pour un montant d'une valeur d'une cinquante de millions d'euros, publié par Mediapart, est " un faux ".

Pour le président du parti Laurent Wauquiez, la mesure de garde à vue infligée à Nicolas Sarkozy est "humiliante et inutile".

Du côté de l'extrême droite, la présidente du Front national Marine Le Pen, a affirmé que la "justice doit aller au bout de cette affaire", lors d'une interview à Classique matin.

Recommande: