Contraception : la pilule pour homme pourrait bien devenir réalité

24 Mars, 2018, 01:07 | Auteur: Jonathan Ford
  • Contraception : la pilule pour homme pourrait bien devenir réalité

Un essai clinique américain vient en effet d'apporter des résultats particulièrement encourageant dans la mise en place future d'une pilule contraceptive pour hommes. Présentés dimanche 18 mars 2018 à Chicago, lors du 100e congrès annuel d'endocrinologie, leurs travaux démontrent que la recherche sur la pilule pour homme est (enfin!) en bonne voie. Divisés en trois groupes selon le dosage prescrit (100, 200 et 400 milligrammes), les sujets ont ingéré quotidiennement un médicament appelé DMAU (dimethandrolone undecanoate). Le produit est efficace au bout de 28 jours de prise. "DMAU est un grand pas en avant dans le développement d'une 'pilule masculine' en une prise par jour ", explique Stephanie Page. Résultat: la DMAU permet non seulement de réduire significativement les taux de testostérone et des deux autres hormones responsables de la production de sperme mais aussi d'éviter le principal effet secondaire connu d'une baisse de testostérone: l'inflammation du foie. Toutefois, de légers effets indésirables ont été remarqués, comme la prise de poids.

Rien d'alarmant selon les experts qui considèrent que ses symptômes sont sans gravité, et même semblables à ceux produits par la pilule contraceptive féminine. La professeure de médecine à l'Université de Washington Stéphanie Page précise que la majorité des hommes "disent qu'ils préféreraient une pilule quotidienne, plutôt que des injections ou des gels, qui sont également en développement".

Cela fait quelques décennies maintenant que la communauté scientifique s'est lancée dans la recherche d'une contraception masculine, afin que la question de la reproduction ne soit pas uniquement une affaire de femmes.

Pour poursuivre sur la dynamique encourageante du DMAU, de nouvelles recherches sont déjà en cours. Effets secondaires, composition: on vous dit tout. Le résultat: 61% des Français seraient prêts à prendre une pilule mais seules 40% des jeunes femmes se disaient prêtes à laisser la responsabilité de la contraception à leur partenaire.

Recommande: