Le gouvernement veut s'attaquer au "torrent de boue" sur internet — Racisme

20 Mars, 2018, 02:07 | Auteur: Lynn Cook
  • La France adopte un nouveau plan de lutte contre le racisme

Un nouveau plan de lutte contre le racisme en France a été dévoilé lundi par le gouvernement qui ambitionne de mener une lutte plus efficace contre le "déferlement" de haine sur la toile en contraignant les opérateurs internet à "prendre leurs responsabilités", selon les médias. Ont été particulièrement visés dans son discours les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, accusés de ne pas faire le nécessaire en matière de modération des contenus à caractère haineux. "Des marges qui permettent de renforcer les obligations ", a assuré le chef du gouvernement. Edouard Philippe a également prévu la création de deux bourses de thèse pour financer des travaux sur le racisme et l'antisémitisme. " Il y a de quoi s'énerver". " Il est plus facile de faire retirer une vidéo de foot en direct qu'un propos antisémite, a constaté le premier ministre".

Autrement dit: actuellement, les plateformes sont plus réactives quand il s'agit de protéger des intérêts commerciaux que pour garantir le respect de la loi. Une allocution qui coïncide avec le début de la Semaine d'éducation contre le racisme et l'antisémitisme. Un enjeu de juridiction contre lequel le premier ministre, qui refuse de "croire que les réseaux sociaux sont des espaces hors-sol", entend se battre. Il a annoncé que la loi française allait être modifiée afin de "renforcer les obligations" de détection, de signalement et de suppression de contenus illicites sur internet. Tout ce qui est publié en France doit répondre aux lois de la République.

Édouard Philippe a appelé à une évolution de la législation actuelle, notamment en Europe, afin de "contraindre les opérateurs à retirer dans les plus brefs délais tout contenu haineux, raciste ou antisémite". Pour cela, une mission sera confiée à l'enseignant franco-algérien Karim Amellal, à la députée LREM Laetitia Avia et au vice-président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) Gil Taïeb.

- Le ministère de l'Education nationale et la Dilcrah (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT) vont piloter une " équipe nationale d'intervention rapide " chargée d'apporter des " réponses adaptées " aux enseignants et acteurs de terrain confrontés à des situations conflictuelles.

Renforcer les effectifs de la plate-forme Pharos, qui permet de signaler les contenus et comportements illicites sur Internet.

Comme déjà évoquée par M. Philippe, la possibilité va être étudiée de permettre à un plaignant de qualifier lui-même le mobile raciste ou antisémite de son agression, comme au Royaume-Uni. "Seulement un acte." Dans cette optique, une formation approfondie sera expérimentée dès septembre auprès d'un réseau enquêteurs et de magistrats afin d'améliorer l'accueil et la prise en charge des victimes.

Recommande: