Le centre-ville d'Afrin est totalement sous contrôle, annonce Erdogan — Syrie

20 Mars, 2018, 02:15 | Auteur: Lynn Cook
  • L'ARMÉE TURQUE DEMANDE AUX KURDES D'AFRIN DE DÉPOSER LES ARMES

Pour autant, les membres des YPG n'ont pas l'intention de quitter les armes: ils ont promis de passer à une nouvelle phase de guérilla contre les troupes turques et leurs alliés syriens.

La milice kurde qui tenait la ville d'Afrine est considérée comme "terroriste " par Ankara. "Maintenant, nous allons poursuivre ce processus jusqu'à la destruction totale de ce corridor constitué de Minbej, Aïn al-Arab (nom de Kobané en arabe), Tal Abyad, Ras al-Aïn et Qamichli", a-t-il martelé. L'armée turque s'était emparée de la ville syrienne d'Afrine, dans le nord-ouest de la Syrie, après près de deux mois d'offensive, y délogeant les Unités de protection du peuple (YPG), qu'Ankara considère comme "une organisation terroriste".

La Turquie nie avoir visé la population mais l'OSDH évalue à plus de 280 le nombre de civils tués depuis le début de l'offensive d'Ankara. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), plus de 30 000 civils ont fui, jeudi 15 mars 2018, l'enclave kurde d'Afrin, dans le nord-est de la Syrie.

Au-delà des pertes humaines, "le rêve des Kurdes syriens de créer un État autonome s'étendant à travers le nord du pays a subi un coup terrible dimanche", estiment les correspondants du LA Times dans la région. Une analyse partagée par le New York Times, qui ajoute que la prise d'Afrine a renforcé "l'empreinte croissante de la Turquie" en Syrie. Au cours de cette commémoration, Erdogan a annoncé la libération du centre-ville d'Afrine. "Les YPG vont se faire écraser par la Turquie (.)", assure ce spécialiste de la Syrie. "La Syrie condamne l'occupation turque à Afrine et ses crimes, et réclame le retrait immédiat des forces d'invasion des territoires syriens qu'elles ont occupés", indique une missive envoyée au secrétaire général de l'ONU et au président du Conseil de sécurité des Nations unies, citée par Sana. Est-ce les Etats-Unis ou les pays de la coalition en possèdent une eux aussi? Ceux qui sont toujours présents dans la ville se cachent dans des caves, a raconté à l'AFP un habitant. D'après cette ONG, qui dispose d'une vaste réseau de source en Syrie, il ne resterait désormais que quelques milliers d'habitants.

La guerre en Syrie qui avait éclaté après la répression de manifestations prodémocratie par le régime, s'est complexifiée et implique aujourd'hui plusieurs puissances étrangères.

Enfin, le chef de la diplomatie russe a également critiqué les propos "irresponsables" de la représentante permanente des Etats-Unis aux Nations unies, Nikki Haley, relatifs à la détermination de Washington à " bombarder Damas et même le palais présidentiel de Bachar al Assad, indépendamment de la présence sur place de représentants russes". Sur les réseaux sociaux, la présidence syrienne a publié dimanche une série de vidéos le montrant en tenue décontractée, lunette de soleil et col de chemise ouvert, au volant de sa voiture pour se rendre dans la Ghouta. Un correspondant de l'AFP a vu dans la nuit deux secouristes chercher de possibles survivants ensevelis sous les décombres, à la lumière de petites lampes torches. Au lendemain de cette visite, le pilonnage du régime s'est poursuivi comme à l'accoutumée, et au moins cinq civils ont péri dans des raids aériens contre des localités rebelles, selon l'OSDH. Pour échapper aux bombardements et à la mort, près de 70.000 personnes ont fui les territoires rebelles ces derniers jours.

Recommande: