L'ex président Jacob Zuma sera poursuivi pour corruption — Afrique du Sud

17 Mars, 2018, 01:06 | Auteur: Lynn Cook
  • Le parquet général d'Afrique du Sud a annoncé vendredi la relance attendue des poursuites contre l'ancien président du pays Jacob Zuma dans une vieille affaire de corruption

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes.

Selon le procureur général de la justice Sud-Africaine, Shaun Abrahams, l'ex-président doit donc répondre de ses actes.

Dans le volet Thalès de ce dossier complexe, Jacob Zuma, qui était alors vice-président du pays, aurait perçu des commissions de la part de deux filiales sud-africaines du groupe français, versées sur un compte par son conseiller financier de l'époque, Schabir Shaik, qui a été condamné à quinze ans de prison en 2005. Il a fait cette annonce sur la chaine France 24 avant d'ajouter que Jacob Zuma est poursuivi pour corruption, blanchiment d'argent et abus de confiance. "Un tribunal devrait être " l'endroit " le plus approprié pour clarifier " l'affaire, a encore avancé M. Abrahams, qui se dit "soucieux que tout le monde soit égal devant la loi ".

Ce dernier rebondissement intervient presqu'un mois jour pour jour après la démission de Jacob Zuma de la présidence du pays le 14 février, à l'issue d'une longue opposition avec le nouveau chef du Congrès national africain (ANC) au pouvoir, Cyril Ramaphosa, qui a fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités. Une affaire tient en haleine l'Afrique du Sud depuis de nombreuses années.

Le contrat d'armement avec des industriels étrangers remontent aux années 1990.

Mis en cause depuis des années dans de multiples scandales de corruption, Zuma a jusque-là toujours réussi à passer au travers des mailles des multiples filets judiciaires que ses adversaires ont tendus sur son chemin.

Recommande: