Macron dit sa confiance pour les EPR et l'avenir des Rafale — Inde

13 Mars, 2018, 05:34 | Auteur: Aubrey Nash
  • Illustration Safran

"Je suis raisonnablement confiant sur la capacité des industriels à finaliser - quand je dis raisonnablement, c'est que n'étant pas celui qui négocie, je ne peux pas m'engager au-delà de ce qui dépend de moi", a dit le président français lors d'une conférence de presse, à Bénarès, au dernier jour de sa visite d'Etat en Inde. Voici ce que l'on sait de ces accords.

Méga-contrat à douze milliards d'euros pour le spécialiste de l'aéronautique Safran, espoir d'un accord d'ici à la fin de l'année pour six réacteurs nucléaires... Il s'agit de Boeing 737 MAX, version remotorisée du moyen-courrier du constructeur américain. Les détails exacts de ce marché n'étaient pas connus dans l'immédiat. Les retombées économiques devraient également profiter aux partenaires indiens de Safran, dans des proportions qui restaient à préciser. Safran a par ailleurs annoncé l'ouverture d'une usine de câblage dans le sud de l'Inde.

Le contrat signé par Suez, deuxième groupe mondial pour le traitement des eaux et des déchets, porte sur la distribution d'eau potable et la modernisation du réseau à Davangere (ville de 500 000 habitants dans le sud de l'Inde).

Par ailleurs, l'Elysée a cité, dans son communiqué, un accord signé par le groupe d'ingénierie Egis (filiale de la Caisse des dépôts, CDC) pour le design de trois aéroports, un protocole d'accord pour la firme parisienne Enia Architectes pour le design de gares du métro de Pune (grande métropole située dans l'ouest de l'Inde), ou encore un contrat pour la maison Roucadil, une société familiale basée dans le Lot-et-Garonne, pour l'exportation de pruneaux d'Agen.

Le constructeur ferroviaire français a annoncé avoir décroché trois contrats en Inde, pour un montant total de 75 millions d'euros.

L'EPR est un réacteur nucléaire à eau pressurisée de troisième génération. D'une puissance de près de 10 GW, la centrale de Jaitapur (côte sud-ouest de l'Inde) est présentée comme le plus grand projet nucléaire au monde, mais fait l'objet de contestations en matière d'environnement. "Nous espérons une signature définitive d'accord avant la fin de l'année", a-t-on indiqué à l'Élysée.

"Dans une déclaration commune, le président français et le Premier ministre indien Narendra Modi ont " encouragé EDF et NPCIL à accélérer les négociations contractuelles " en ce sens, en réaffirmant " l'objectif de débuter les travaux fin 2018 ".

Le dossier est cependant en négociation depuis une décennie et suscite une contestation locale en raison de craintes environnementales.

Recommande: