La livraison d'aide humanitaire prévue jeudi dans la Ghouta reportée — Syrie

12 Mars, 2018, 08:19 | Auteur: Lynn Cook
  • Des secouristes des Casques blancs aident un homme après un bombardement sur la ville de Hammouriyé dans la Ghouta orientale le 6 mars 2018

Les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés ont réussi à couper en deux l'enclave rebelle de la Ghouta orientale près de Damas, a annoncé mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Un convoi d'aides est entré lundi dans la partie rebelle de la Ghouta orientale pour la première fois depuis le début d'une offensive meurtrière du régime contre cette enclave, en proie à un drame humanitaire.

Son compte rendu, fourni sous le sceau de l'anonymat parce qu'il n'est pas autorisé à parler à la presse, a confirmé une information donnée mercredi soir par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), organisation basée à Londres.

Le nombre de civils tués depuis le lancement, le 18 février, d'une offensive d'une rare intensité sur le fief rebelle est désormais supérieur à 780 civils, dont plus de 170 enfants, d'après l'ONG, qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir mercredi en urgence et à huis clos pour débattre de l'absence de mise en œuvre du cessez-le-feu temporaire qu'il réclamait dans cette résolution, adoptée le 24 février. Mais la porte-parole du CICR a fait état d'"indications positives quant à la possibilité qu'un convoi plus important, comprenant du matériel médical notamment, puisse (livrer) la semaine prochaine" des aides à ce dernier bastion rebelle aux portes de Damas.

La Russie a elle décrété une "pause humanitaire" quotidienne de cinq heures dans la Ghouta pour permettre l'entrée des aides et la sortie des civils dont quasiment aucun n'a quitté l'enclave.

Percée du régime syrien dans la Ghouta
Percée du régime syrien dans la Ghouta

Lundi, une quarantaine de camions chargés d'aide médicale et de nourriture, soit de quoi approvisionner quelque 27.500 personnes, sont toutefois parvenus à rejoindre Douma, la grande ville de la Ghouta orientale, a annoncé le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

Les troupes poursuivent leur progression vers Douma et les localités dans l'ouest de l'enclave rebelle, après avoir reconquis des secteurs dans l'est et le sud-est, d'après l'OSDH, qui a accusé à plusieurs reprises la Russie d'avoir mené des frappes meurtrières, que Moscou a démenties.

Sur le plan militaire, les combats se sont intensifiés dans la Ghouta, suscitant les condamnations de puissances occidentales. " Nous ne savons pas encore combien de camions il y aura, mais ce sera le reste des aides pour les 70 000 personnes " en question, a indiqué une porte-parole d'Ocha à Damas, Linda Tom.

Par ailleurs, au moins 60 personnes ont souffert mercredi de difficultés respiratoires à Saqba et Hammouriyé après des frappes aériennes, a indiqué l'OSDH.

A Hammouriyé, un correspondant de l'AFP a pu voir des dizaines de femmes et d'enfants quitter les sous-sols où ils sont terrés pour échapper aux raids aériens, et s'installer sur un toit dans l'espoir de pouvoir mieux respirer.

" En raison d'une attaque au gaz de chlore [.], des patients souffrent de difficultés respiratoires sévères", a indiqué de son côté la Société médicale syro-américaine (SAMS), une ONG qui soutient des centres médicaux en Syrie. Le président Bachar el-Assad a qualifié d'"irréalistes" ces accusations.