Girardin sur place lundi pour tenter de trouver une issue — Mayotte

12 Mars, 2018, 07:51 | Auteur: Lynn Cook
  • Contestation sociale | Très forte mobilisation des habitants de Mayotte

Depuis le 20 février, Mayotte a été touchée par un mouvement de contestation populaire contre l'insécurité, surtout dans les établissements scolaires. Il s'agit " de concrétiser sur le terrain la proposition de dialogue du gouvernement, alors qu'un grand nombre d'élus ont manifesté leur volonté de s'inscrire dans cette démarche", a fait valoir le ministère. Ces mouvements sont généralement menés par l'intersyndicale. Cependant, aucun détail n'a été donné concernant ces discussions qu'elle entreprendra sur place.

À cette occasion, la ministre proposera à l'ensemble de ses interlocuteurs une méthode, un calendrier, et les principaux axes d'un travail de fond indispensable pour l'avenir de Mayotte. Ils ont pris plusieurs formes telles qu'une opération escargot ou "île morte", des manifestations dans les rues du chef-lieu, barrages sur les axes routiers, etc. Dimanche, entre autres, des barrages ont été remarqués à Longoni, au nord de l'île, et ont provoqué un blocage dans son port.

Le gouvernement a "demandé au vice-rectorat de tout mettre en œuvre pour ouvrir les établissements" pour la rentrée scolaire.

"L'Etat assumera toutes ses responsabilités, la rentrée des classes se fera demain matin à Mayotte", a déclaré de son côté dimanche le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux sur le plateau de CNews, Europe 1 et Les Echos. L'intersyndicale a toutefois appelé "toute la population de Mayotte à maintenir les actions" et "à descendre massivement dans les rues" de la préfecture, Mamoudzou, mardi.

Samedi, un communiqué conjoint des ministères de l'Intérieur, des Outre-mer et de l'Education nationale annonçait l'arrivée de renforts de forces de l'ordre pour répondre "à la demande exprimée par les parents d'élèves et le corps enseignant" de sécurisation des établissements afin que les cours reprennent normalement.

Recommande: