Crise du nucléaire nord-coréen : Trump optimiste

12 Mars, 2018, 07:53 | Auteur: Lynn Cook
  • Palais Brongniart

Pyongyang 'veut faire la paix' et s'est engagé à ne plus tirer de missile d'ici là, a-t-il assuré.

"Le président ne participera pas à cette réunion sans des mesures concrètes de la part de la République populaire démocratique de Corée (RPDC)", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders, lors d'un point de presse vendredi après-midi 9 mars.

"Je pense que concernant la Corée du Nord ça va très bien se passer, je pense que nous rencontrerons un immense succès, que ça va être quelque chose de très fructueux".

Il a également ajouté croire à la promesse de la partie nord-coréenne de "ne pas tirer de missiles entre-temps" et "d'envisager de suspendre son programme nucléaire". "Cela serait formidable", avait ajouté Donald Trump.

Un peu plus tôt, le Président avait rappelé sur Twitter que la Corée du Nord n'avait "pas mené d'essai de missile depuis le 28 novembre 2017" et qu'elle avait "promis de ne pas le faire pendant nos rencontres". "Je pense qu'ils vont tenir leur promesse!", avait-il ajouté. "Le président Xi m'a dit qu'il appréciait que les Etats-Unis essaient de résoudre le problème diplomatiquement plutôt que d'utiliser l'option la plus inquiétante". La Chine continue de nous aider!', a tweeté Donald Trump.

Le lieu et la date de la possible rencontre entre Kim Jong-un et Donald Trump n'ont pas encore été arrêtés.

De leur côté, des hauts officiels de l'administration américaine ont souligné que les sanctions sévères contre Pyongyang conduisaient Kim Jong-un à la table des négociations. Chung Eui-yong, le conseiller présidentiel à la sécurité nationale de la Cheongwadae, va ainsi rencontrer le président chinois Xi Jinping et des responsables du gouvernement russe. Son ambassadeur à l'ONU, Pak Song-il, a toutefois déclaré au Washington Post que cette invitation résultait d'une 'décision volontaire et ouverte' de Kim Jong-un.

Recommande: