La présidente Ameenah Gurib-Fakim accepte de démissionner (Premier ministre) — Maurice

11 Mars, 2018, 01:58 | Auteur: Aubrey Nash
  • La Barclays Bank Mauritius a initié une enquête interne

Ameenah Gurib-Fakim était notamment au coeur d'une polémique concernant des achats personnels qu'elle aurait effectués avec une carte de crédit mise à sa disposition par l'ONG Planet Earth Institute, dirigée par l'homme d'affaires angolais controversé, Alvaro Sobrinho.

Interrogé par des journaliste, il n'a pas fait de commentaire sur les dépenses de la présidente, mais il a déjà dit que tout le monde devrait assumer sa responsabilité. "Nous sommes arrivés à un accord sur la date de cet accord, mais nous ne l'annoncerons pas à ce stade", a indiqué le Premier ministre, ajoutant que "l'intérêt du pays passe avant tout". "Il est important que nous célébrions notre 50e anniversaire de l'indépendance, avec la sérénité comme une nation, un peuple uni, et être fiers de notre patrie ", souligne M. Jugnauth. Ces célébrations se dérouleront donc normalement avec pour invité d'honneur, le président indien Ram Nath Kovind. Le scandale financier qui la menace depuis 2017 a fini par avoir raison d'elle.

Le quotidien mauricien L'Express a publié des documents bancaires attestant que Mme Gurib-Fakim avait utilisé une carte de crédit remise par le Planet Earth Institute (PEI) à Londres pour acheter des vêtements, des bijoux et d'autres objets personnels pour des milliers de dollars.

La réputation de la présidente, jusque-là très estimée par la population, est ébranlée.

Du moins la présidente s'est jusque-là défendue, affirmant n'avoir rien à se reprocher. Toutefois, devant l'incapacité de justifier ses actions, elle a perdu la confiance du Premier ministre, qui lui a demandé de partir afin d'éviter le déshonneur d'une destitution ou le passage devant un tribunal spécial.

Recommande: