Téhéran critique l'"extrémisme" de l'UE vis-à-vis de l'Iran

06 Mars, 2018, 01:53 | Auteur: Lynn Cook
  • A+		A		Imprimer		Diplomatie	En Iran le Louvre se fait à nouveau le VRP des multinationales françaises		7 mars 2018 par Olivier Petitjean

Celui-ci a l'intention de demander à la République islamique des gages sur son programme de missiles balistiques et ses ambitions régionales afin de tenter de sauvegarder l'accord sur le nucléaire iranien de 2015, dont les États-Unis menacent de se retirer.

Mais le "dialogue franc et exigeant " que le ministre des Affaires étrangères souhaite avoir avec ses interlocuteurs iraniens apparaît mal engagé tant les prises de position de la France vis-à-vis de l'Iran crispent depuis plusieurs mois Téhéran.

En début d'après-midi, le ministre français a commencé une session de travail avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, qui a dénoncé dans la presse l' "extrémisme " dont font preuve selon lui les pays européens " pour conserver les États-Unis dans l'accord sur le nucléaire iranien ".

Arrivé à Téhéran dans la nuit, M. Le Drian est le premier haut responsable des trois pays de l'Union européenne parties à accord sur le nucléaire iranien (Allemagne, France et Grande-Bretagne) à venir à Téhéran depuis l'ultimatum posé en janvier par Donald Trump à propos de ce texte présenté par ses partisans comme le meilleur moyen d'empêcher l'Iran de se doter de l'arme atomique.

"A l'heure actuelle, deux groupes ont violé l'accord nucléaire: les États-Unis et les Européens".

Velayati a fait ces remarques alors que le 27 février, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s'est dit très préoccupé par le développement du programme de missiles balistiques de l'Iran.

Alors que Paris accuse l'Iran de visées "hégémoniques" au Proche et au Moyen-Orient, M. Zarif rappelle les griefs de la République islamique à l'encontre de l'Occident et met en garde les Européens. Son confrère Javan titre "Le laquais parisien de Trump à Téhéran ". L'Iran renforcera ses capacités défensives, y compris balistiques, et sa puissance de dissuasion ne sera pas affectée par les pressions politiques, a indiqué le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, Ali Chamkhani.

Lors de cette visite à Téhéran, Jean-Yves le Drian aura à l'agenda la situation humanitaire en Syrie, et les dossiers régionaux qui concernent l'Iran comme le Yémen, le Liban et l'Irak.

Recommande: