Un journaliste assassiné au coeur de l'Europe — Slovaquie

04 Mars, 2018, 01:29 | Auteur: Lynn Cook
  • Un journaliste assassiné au coeur de l'Europe — Slovaquie

La Slovaquie était sous le choc mardi après l'assassinat du journaliste Jan Kuciak, tué par balles ainsi que sa compagne, probablement en raison de son travail d'enquête sur des fraudes liant des hommes d'affaires douteux associés par des médias à la mafia italienne et des politiques dans ce petit État de la zone euro.

Sa mort a suscité un mouvement de colère dans l'opinion slovaque et a fragilisé le gouvernement de coalition dirigé par Robert Fico.

Transparency International classe la Slovaquie à la 7e place de son index de perception de la corruption dans l'UE. Ce journaliste d'investigation de 27 ans a été tué par balles à son domicile avec sa compagne la semaine dernière. "Cette affaire pourrait ébranler l'électorat du parti SMER-SD au pouvoir", a-t-il estimé.

Les corps du journaliste et de sa compagne, Martina Kusnirova, ont été découverts dimanche dans leur maison à Velka Maca, à environ 65 kilomètres à l'est de Bratislava.

La police a procédé jeudi à sept arrestations. La cérémonie funèbre a commencé par la lecture d'un poème que Jan Kuciak avait écrit à sa fiancée pour leur mariage, prévu en mai. La police aurait également trouvé des munitions disposées autour des corps, le quotidien Pravda décrivant la scène comme faisant penser à un " avertissement ".

Le site et d'autres médias ont publié à minuit ce mercredi une version -non terminée- de l'article de Jan Kuciak, portant sur les relations politiques présumées d'hommes d'affaires italiens soupçonnés d'être liés à la mafia calabraise 'Ndrangheta, qui opérerait dans l'est de la Slovaquie.

"Deux personnes proches d'un homme arrivé en Slovaquie alors qu'il était accusé dans une affaire de mafia en Italie ont l'accès quotidien au Premier ministre" slovaque, écrivait Jan Kuciak.

"Lier, sans preuve à l'appui, des gens innocents avec un double homicide c'est franchir la ligne, ce n'est plus drôle", a-t-il reproché aux journalistes.

Le meurtre de Jan Kuciak intervient après celui à Malte en octobre 2017 de la journaliste Daphne Caruana Galizia qui avait dénoncé la corruption sur l'île méditerranéenne.

M. Kalinak a indiqué que les enquêteurs "communiquaient" avec l'Italie. Oui, nous pouvons appeler cela la piste italienne', a déclaré le chef de la police Tibor Gaspar.

L'image, qui peut prêter à sourire, ne devrait cependant servir à faire de l'ombre à la véritable problématique à laquelle l'Union européenne est confrontée: la censure meurtrière appliquée à des journalistes européens enquêtant sur des affaires sensibles.

Connu pour ses commentaires acerbes envers des journalistes qu'il a qualifiés de "simples hyènes idiotes" de "sales prostituées anti-Slovaques" ou encore de "serpents visqueux", le premier ministre a rencontré mardi les responsables des principaux médias pour leur assurer "que la protection de la liberté d'expression et la sécurité des journalistes" était "une priorité" pour son gouvernement. Les visages de Jan Kuciak et de son épouse font la une des journaux depuis ce week-end.

Recommande: