Catalogne : Carles Puigdemont renonce à la présidence de la région

03 Mars, 2018, 05:47 | Auteur: Lynn Cook
  • Espagne: Carles Puigdemont renonce à briguer une nouvelle fois la présidence catalane

Le président déchu de la Catalogne, Carles Puigdemont, a finalement renoncé jeudi à briguer une nouvelle investiture, rendue impossible par son statut d'exilé volontaire depuis quatre mois en Belgique. Puigdemont a annoncé se retirer "provisoirement" pour laisser la place à un candidat à la présidence qui se verra lui aussi empêché de gouverner: Jordi Sanchez, dirigeant du mouvement indépendantiste ANC, est en détention préventive, et ne devrait pas non pouvoir être investi président. Menacé d'arrestation s'il remet les pieds en Espagne, l'ancien journaliste a longtemps cru (ou feint de croire) qu'il pourrait diriger la région à distance, par visioconférences, narguant ainsi les autorités de Madrid qui l'ont sanctionné après sa proclamation d'indépendance d'une République catalane souveraine, le 27 octobre.

Or sa liste était arrivée en tête au sein du camp indépendantiste, victorieux.

Une source gouvernementale espagnole se félicitait jeudi soir, quelques heures après le renoncement de Carles Puigdemont, qui cherchait selon elle à se " moquer de la loi ": " La Catalogne a le plus vite possible besoin d'un président de la Generalitat en mesure de gouverner ", a déclaré cette source. La motion, la première adoptée par le parlement catalan issu des élections du 21 décembre, souligne que la majorité parlementaire est "favorable" à la "constitution d'une Catalogne en tant qu'Etat indépendant" et défend Carles Puigdemont "candidat légitime du parlement à la présidence de la Generalitat".

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, l'ex-président destitué de la Généralité indique que son parti proposera la candidature de Jordi Sanchez, .

Mais cette candidature aura aussi du mal à aboutir. Le parlement avait défendu la "légitimité" de la candidature de Carles Puigdemont, manière de lui rendre hommage avant qu'il n'annonce lui-même son retrait. Il y dénonçait "la dérive autoritaire et antidémocratique" du gouvernement espagnol.

L'opposition anti-indépendantiste avait refusé de participer au vote au Parlement régional.

M. Puigdemont a, par ailleurs, annoncé qu'une équipe d'avocats internationaux avait présenté jeudi une plainte en son nom contre l'Etat espagnol, devant le comité des droits de l'Homme des Nations unies, pour activement défendre ses droits.

"La Catalogne a gagné le droit à se convertir en une république indépendante", a-t-il réaffirmé.

Recommande: