Ses déclarations à l'EM Lyon continuent de faire polémique — Wauquiez

20 Février, 2018, 19:57 | Auteur: Lynn Cook
  • Vidéo. Laurent Wauquiez assume ses propos mais s’excuse auprès de Nicolas Sarkozy

"Ceux qui n'aiment pas Laurent Wauquiez ont remis un peu d'essence dans leur moteur". Vendredi soir sur TMC Paul Larrouturou et Quotidien ont diffusé un enregistrement sur lequel on entendait Laurent Wauquiez, le nouveau Président des Républicains, s'en prendre à Emmanuel Macron, Gérald Darmanin, Nicolas Sarkozy ou bien encore Angela Merkel.

Laurent Wauquiez étrille également dans son propre camp, Alain Juppé et Valérie Pécresse. Tout ce que le président de LR, en clair, estime raconter lors de ses interviews à la télévision ou à la radio.

Dans ces nouveaux extraits, Laurent Wauquiez s'attaque tout d'abord à l'équilibre politique sous la présidence d'Emmanuel Macron.

Le patron des Républicains Laurent Wauquiez reste leader dans son fief. "Ils sont tous le petit doigt sur la couture et ils doivent tous voter la même chose", lance aux étudiants l'ex-député. Quand ils osent apporter la moindre dissonance, ils se font taper dessus avec une matraque. De son côté, le président de l'école de commerce se montre plus véhément à l'égard de Laurent Wauquiez. Un changement de filière rendu possible par une réforme datant de 2010 pour offrir davantage de débouchées aux étudiants en lettres.

Quant à Valérie Pécresse, "ah le nombre de conneries qu'elle peut faire".

LIRE AUSSI La fuite des propos de Wauquiez face à des étudiants est-elle "illégale"?

Alain Juppé a "totalement cramé la caisse".

Quant au maire de Bordeaux, c'est sa politique locale qui a été brocardée par le chef de file des Républicains, qui l'accuse d'avoir "totalement cramé la caisse". "Moi ma conviction c'est que quand vous avez fait ça, vous n'avez plus aucune forme de crédit". Bim.

"Dans ces nouveaux extraits, Laurent Wauquiez évoque également les syndicats, le Medef et la CGPME dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, qu'il préside". La CGT se faisait un joli chèque de 3 millions d'euros sur le budget de la région chaque année. Moi, je les ai reçues et je leur ai dit: "'Je suis extrêmement attaché à l'indépendance des syndicats et donc, comme je ne veux surtout pas que vous dépendiez de moi, c'est zéro". Lors d'une conférence de presse, Gilles Platret a battu en brèche ce lundi la démarche de Quotidien, qui a diffusé cet enregistrement sonore compromettant: "Quand on voit la façon dont deux heures de cours ont été résumées en moins de deux minutes, c'est-à-dire qu'on a coupé, recollé, expurgé, pour avoir finalement des bouts de phrases dont vous savez très bien les uns et les autres qu'elles ont été complètement coupées de leur contexte". C'est le Medef. C'est la CGPME [Confédération des petites et moyennes entreprises]. Car eux, ils n'en ont rien à foutre de savoir si on augmente les cotisations sur les entreprises, si on augmente le truc. "La seule chose qu'ils veulent, c'est encaisser de l'argent", poursuit le patron de LR.

Recommande: