90 médicaments "plus dangereux qu'utiles", selon la revue Prescrire — Santé

28 Janvier, 2018, 02:52 | Auteur: Jonathan Ford
  • Advil Actifed... Ces médicaments qui créent la confusion chez les consommateurs

Sont ainsi rangés dans cette catégorie des traitements "anciens" - toujours commercialisés malgré l'arrivée de concurrents plus performants - ou plus "récents" jugés moins bons que ceux déjà sur le marché, voire carrément "inefficaces". 7 médicaments ont été retirés de ce bilan par rapport à 2017, 3 parce que retirés du marché, 4 parce que de nouvelles données sont en cours d'analyse par Prescrire. En gastro-entérologie, par exemple, on retrouve des médicaments courants comme le nifuroxazide (Ercéfuryl ou autre) "dont la balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes les indications dans lesquelles ils sont autorisés", écrit la revue. La liste complète est disponible en libre accès sur prescrire.org. Les auteurs ont ainsi déterminé, selon des critères d'efficacité, de comparaison avec d'autres traitements de référence et de la prise en compte des effets indésirables, quels médicaments étaient "plus dangereux qu'utiles". La revue spécialisée Prescrire pointe du doigt plusieurs médicaments vendus sans ordonnance.

Actifed, Advil, Clarix, Doli, Fervex, Fluimucil, Humex, Vicks, autant de noms de médicaments bien connus des Français, épinglés ce jeudi par la revue Prescrire. "Prescrire, mensuel indépendant rédigé et relu par une équipe de dizaines de médecins et de pharmaciens, déplore " le principe commercial " de ce qu'il appelle les " gammes ombrelles ". Cette stratégie marketing, fondée sur la reconnaissance d'une marque, expose à des confusions entre les médicaments et à la méconnaissance de certains risques, par exemple d'interactions médicamenteuses.

"Les risques d'erreurs sont accentués par des ressemblances entre spécialités, avec mise en avant en gros et en gras de la marque", ajoutent les rédacteurs.

Recommande: