Un détenu islamiste blesse trois surveillants — Pas-de-Calais

13 Janvier, 2018, 08:52 | Auteur: Lynn Cook
  • Centre pénitentiaire de Vendin-le Vieil

Pour Marine Le Pen, il s'agit à présent d'entourer les personnes condamnées pour des actes de terrorisme de mesures particulières: "Il n'y a pas de détention particulière pour les détenus qui représentent un danger particulier". Dans les conditions dans lesquelles travaillent ces agents dans les prisons aujourd'hui, je comprends qu'ils soient terrorisés et qu'ils ne se sentent en aucune manière en sécurité dans la mission déjà très difficile qu'on leur confie", a affirmé la présidente du Front national, en évoquant les " insultes quotidiennes et menaces quotidiennes " dont ils sont selon elle victimes". D'après l'UFAP-UNSA, vers 16 heures, "à l'ouverture de la cellule, l'agresseur a crié 'Allah Akbar' à chaque fois qu'il mettait des coups de lames aux collègues".

Originaire de Pologne et issu d'une famille catholique pratiquante, Christian Ganczarski s'installe en Allemagne avant se convertir à l'islam et de partir avec sa femme en Arabie saoudite, rapporte le journal polonais Dziennik, traduit en français par Courrier international. On savait, les gardiens le savaient, que cet homme fomentait quelque chose. "Il a été mis à l'isolement vendredi soir (...) et bizarrement le lundi, la direction a levé ces mesures ". Le troisième aurait par chance réussi à éviter un coup au niveau de la gorge selon une source syndicale citée par 20 Minutes. Le 4e est plus sérieusement blessé au cuir chevelu mais son pronostic vital n'est pas engagé. Une source interne indique qu'il a visé la carotide sans y parvenir.

Le détenu Christian Ganczarski aurait attaqué jeudi trois surveillants de la prison de Vendin-le-Vieil, dans le Pas-de-Calais, les blessant légèrement. "Selon une source policière, sa peine arrivait à échéance en février.", peut on lire.

Il venait d'apprendre qu'il allait être extradé aux Etats-Unis. Il avait appris vendredi qu'il faisait l'objet d'une procédure d'extradition vers les États-Unis.

Au lendemain de l'agression, les surveillants ont refusé de travailler à Vendin-le-Vieil et sont restés devant la prison pour dénoncer notamment le manque de moyens.

Christian Ganczarski est incarcéré à Vendin-le-Vieil car il est considéré comme le cerveau de l'attentat commis dans une synagogue de Djerba, en Tunisie, en 2002. Une de personnes blessées a été sérieusement touchée et a été transportée en urgence à l'hôpital.

Recommande: