Quand l'armée de l'air française intercepte un Boeing d'Air Algérie

12 Janvier, 2018, 14:57 | Auteur: Lynn Cook
  • Source ministère de la Défense français           
                 Le Boeing 737 d'Air Algérie

En quelques minutes, un Mirage 2000 de l'armée française a intercepté mardi un Boeing d'Air Algérie qui... avait oublié de prendre contact avec les aiguilleurs du ciel en France.

Cette opération a été réalisée en raison de doutes "sur les intentions de l'équipage" de l'aéronef qui assurait alors la liaison commerciale entre Constantine et l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. "L'équipage du Mirage 2000 a pu s'assurer que le comportement douteux n'avait pas d'autre origine qu'un manquement à l'obligation de l'équipage du Boeing de maintenir un dialogue constant avec les aiguilleurs du ciel ", détaille le communiqué.

En tant que responsable de la protection du ciel français, la Haute Autorité de défense aérienne (Hada) a alors ordonné le décollage d'un Mirage 2000 d'alerte.

L'interception, au cours de laquelle une photo du Boeing 737 a été prise, a eu lieu à une altitude de 32000 pieds à la verticale de la ville d'Orange à 11h26.

En quittant l'espace aérien algérien, l'avion d'Air Algérie "a été normalement transféré sur la fréquence du contrôle aérien français qui a donné un code radar et l'a autorisé à opérer directement vers un point de navigation". En effet, comme l'a rapporté Europe 1 jeudi 11, chaque année l'armée de l'Air commande d'effectuer des vols de vérification à ses troupes. "Une instruction qui a été suivie par l'équipage d'Air Algérie", explique à l'APS le chef de division des affaires générales de la compagnie aérienne nationale, M. Reda Toubal Seghir.

Recommande: