L'ONU juge "racistes" les propos injurieux de Trump sur Haïti et l'Afrique

12 Janvier, 2018, 14:57 | Auteur: Lynn Cook
  • Haïti. Le gouvernement haïtien envoie une lettre de protestation à Donald Trump

D'après le Washington Post, Donald Trump a encore frappé.

"De son côté, la maison blanche n'a pas démenti les propos accordés au président américain par le Washington Post". En plein entretien avec des sénateurs sur la question des migrants, le président des États-Unis s'est demandé: " Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici?

Un dérapage loin d'être le premier Avant de s'attaquer à Haïti et à l'Afrique, Donald Trump a déjà fait grincé des dents plusieurs pays.

Selon le Washington Post, qui cite plusieurs sources non démenties par la Maison Blanche, les déclarations du président américain, attendu dans une dizaine de jours au Forum économique mondial à Davos (GR), ont été lancées devant plusieurs sénateurs. "Parlant d'Haïti, les propos de Trump frôlent à la limite la xénophobie". "Pourquoi avons-nous besoin de plus d'Haïtiens?", rapportent des sources du journal. ", se demande-t-il. Et d'ajouter: " expulsez-les ".

Avant la Noël, Haïti était au cœur d'une polémique entre la Maison-Blanche et le New York Times. "Certaines personnalités politiques à Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain", a souligné un porte-parole de l'exécutif, Raj Shah, dans un communiqué.

La révélation a aussitôt suscité un tollé dans la classe politique américaine. "Pour Cooper, les propos de Trump relèvent du racisme".

"Je dois d'abord exprimer à quel point il est démoralisant et bouleversant d'avoir à répéter mon indignation à maintes et maintes reprises sur les propos haineux de mon propre président", a déclaré Linda Dorcena Forry, sénatrice de l'État de Massachussetts d'origine haïtienne. "Des soldats haïtiens se sont battus à Savannah pour l'indépendance des Etats-Unis", a indiqué l'ambassadeur Paul Altidor, estimant que "le rappel historique est important parce que par moments, cette administration cerne mal la longévité et la complexité des relations entre les deux peuples ".

Les propos de Trump risquent de créer une crise diplomatique. Et la présidence américaine n'a d'ailleurs pas démenti. Pour rappel, lors de sa campagne présidentielle, Donald Trump a toujours défendu une immigration choisie et au mérite. Très récemment, il a annoncé sa volonté d'expulser quelque 200 000 Salvadoriens des Etats-Unis. En janvier 2017, il avait surpris le monde entier, en signant un décret intitulé " Travel Ban " qui interdisait aux habitants de 7 pays musulmans de fouler le sol américain.

Recommande: