L'Équateur accorde la citoyenneté à Julian Assange

12 Janvier, 2018, 14:55 | Auteur: Lynn Cook
  • Le fondateur australien de WikiLeaks Julian Assange s'adresse à la presse depuis le balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres le 19 mai 2017
/AFP  Archives

Reclus dans l'ambassade d'Equateur à Londres depuis 2012, le cofondateur de Wikileaks a obtenu la nationalité équatorienne au mois de décembre.

Pour autant, le gouvernement britannique a déclaré de son côté ce même 11 janvier avoir refusé d'accorder le statut diplomatique à Julian Assange, réfugié depuis 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres, rejetant ainsi la requête de l'exécutif équatorien.

"Cette demande a été rejetée le 21 décembre. Par respect pour les bonnes relations que nous avons avec le Royaume-Uni, nous avons abandonné cette option", a indiqué la diplomatie équatorienne. Maria Fernanda Espinosa a expliqué que son pays avait ensuite demandé à Londres d'accorder un statut diplomatique à M. Assange, ce qui a été refusé par le gouvernement britannique.

Ceci lui aurait permis de sortir de l'ambassade sans être arrêté par la police britannique.

Julian Assange  AFP
Julian Assange AFP

Un peu plus tôt, Londres s'était exprimé sur ce dossier diplomatique brûlant où sont également impliqués les États-Unis et la Suède. Le créateur de WikiLeaks craint toujours d'être extradé vers les Etats-Unis, lui qui avait publié des documents militaires secrets en 2010. "Le Royaume-Uni n'a pas accédé à cette demande, et nous ne sommes pas en discussions avec l'Equateur sur cette question", avait indiqué un porte-parole du ministère britannique des affaires étrangères.

Julian Assange a reçu une carte d'identité équatorienne, selon des sources fiables. Depuis cinq ans, Julian Assange a en effet élu domicile dans l'ambassade londonienne de l'Équateur pour échapper aux poursuites judiciaires dont il fait l'objet en Suède ainsi qu'aux États-Unis. La sortie de ces documents lui vale depuis un statut de paria Outre-Atlantique.

Mardi, Maria Fernanda Espinosa, avait dit être à la recherche d'une "médiation", telle "un pays tiers ou une personnalité", pour trouver un accord avec le Londres sur la situation "insoutenable" de M. Assange. Assange n'a fait que "causer des problèmes" à l'Équateur, a estimé l'ancien ministre équatorien des Affaires étrangères, Ayala Lasso.

Recommande: