Prévision de croissance: La banque mondiale dévoile ses pronostics et ses doutes

11 Janvier, 2018, 03:15 | Auteur: Aubrey Nash
  • Des enfants au Vanuatu. Le pays du sud de l'océan Pacifique bénéficie d'un soutien de la Banque mondiale

Alors que la croissance économique mondiale devrait progresser de 3,1% en 2018, selon le dernier rapport de la Banque mondiale, celle de la zone Europe et Asie centrale devrait se stabiliser autour de 2,9%.

En chiffre, la croissance dans les économies avancées fléchira légèrement en 2018 pour s'établir à 2,2 %, à mesure que les banques centrales éliminent leurs dispositifs d'après-crise et que la tendance à la hausse des investissements s'infléchit.

" Dans l'hypothèse d'une atténuation des tensions géopolitiques et d'une légère hausse des cours du pétrole, la croissance dans la zone MENA devrait s'accélérer en 2018 et 2019, pour atteindre respectivement 3 et 3,2 % " dans la région, a noté la BM dans un communiqué parallèlement à son rapport.

En 2017, la croissance a augmenté dans plus de la moitié des économies du monde, ce qui atteste de l'ampleur de la reprise, a précisé le bailleur de fonds. "Les réformes qui favorisent une éducation et des services de santé de qualité et améliorent les services d'infrastructure pourraient accroître sensiblement la croissance potentielle, notamment dans les pays émergents et en développement " explique Shantayanan Devarajan, directeur de la Banque mondiale pour l'économie et le développement.

La Banque mondiale a déclaré que les perspectives régionales pour l'Afrique subsaharienne étaient soumises à des risques externes et internes.

"Sur le front interne, des emprunts extérieurs excessifs sans une gestion budgétaire prospective pourraient aggraver la dynamique de la dette et nuire à la croissance dans de nombreux pays". En octobre, le Fonds monétaire international avait revu à la baisse sa prévision de croissance pour le Liban, à 1,5 % contre 2 % auparavant. En Arabie saoudite, la croissance s'accélérera à 1,2 % en 2018, contre 0,3 % en 2017, tandis que la République arabe d'Égypte devrait afficher un taux de croissance de 4,5 % pendant l'exercice 18, contre 4,2 % l'année dernière.

Par ailleurs, les marchés émergents et les économies en développement devraient enregistrer une hausse de la croissance, soit, 4.5 % en 2018, et une moyenne de 4.7% en 2019-2020.

"La reprise généralisée de la croissance mondiale est encourageante mais l'heure n'est pas à la complaisance". En Côte d'Ivoire la croissance devrait ralentir à 7,2% et se maintenir à 6,9% au Sénégal et 6,8%, en Tanzanie. "Un resserrement abrupt des conditions financières mondiales pourrait compromettre l'expansion", prévient néanmoins l'institution qui s'inquiète aussi de "l'intensification des restrictions commerciales" et de "la montée des tensions géopolitiques".

Recommande: