Migrants : vive passe d'armes entre Yann Moix et Benjamin Griveaux

09 Janvier, 2018, 01:44 | Auteur: Sue Barrett
  • ONPC : Yann Moix dénonce le traitement des migrants par les CRS, la Préfecture du Pas-de-Calais le recadre sèchement

Le discours de Yann Moix sur les migrants a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux et notamment la préfecture du Pas-de-Calais, qui a réagi sur Twitter et recadré le chroniqueur. "J'y passe régulièrement des jours et des nuits depuis quelques mois, et ce que je vois de l'honneur de la République ce sont des CRS qui gazent les couvertures de jeunes de 18 à 25 ans et l'eau potable". Il a ensuite enchaîné en affirmant que les CRS "gazent l'eau potable de jeunes migrants" et "tabassent des jeunes migrants qui sont effectivement soignés gratuitement mais parce qu'ils ont été frappés par la police la veille".

"Si ce que vous dites est avéré", débute alors le porte-parole du gouvernement rapidement interrompu par Yann Moix qui assure avoir filmé toutes les séquences énoncées. Dans un communiqué de presse, le syndicat dénonce les allégations du chroniqueur.

"Si l'honneur de la République est de frapper des enfants à coups de matraque ou de gazer l'eau potable Monsieur Griveaux [.] je n'appartiens pas à la même République que vous et j'aimerais que vous nous présentiez sinon des excuses, du moins un programme fiable, pour éviter que la République française ne se transforme en ce qu'elle a déjà été capable de faire, une machine à humilier les juifs pendant la guerre et à humilier les Arabes dans les années 1960", a-t-il dénoncé laissant la parole à Benjamin Griveaux. (.) Si vous avez des vidéos à votre disposition, transmettez-les à la justice.

Devant la gravité des propos tenus par Yann Moix, Benjamin Griveaux a conseillé à ce dernier de "confier ces images à la justice, plutôt que de faire justice sur un plateau de télévision".

Après cette intervention ponctuée par les applaudissements du public, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances a reconnu "des comportements inadmissibles s'ils sont avérés". "Elle fera son travail, je n'ai aucun doute là-dessus". La préfecture du Pas-de-Calais a répondu dans la minute au chroniqueur via Twitter.

Face à ces accusations de maltraitance envers les migrants, la préfecture de Calais n'a pas tardé à démentir ces informations, parlant même de "fake news".

"Aucun des faits évoqués ont fait l'objet de signalements aux services de l'État et de la justice", pouvait-on lire sur le réseau social.

En 2018, les deux polémistes Catherine Angot et Yann Moix sont de retour, et comme à leur habitude, ils se font remarquer par leurs propos virulents.

Recommande: