L'homme d'affaires Alexandre Djouhri arrêté à Londres

09 Janvier, 2018, 01:53 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Financement libyen un proche de Sarkozy arrêt

Alexandre Djouhri, 58 ans, né à Saint-Denis près de Paris et d'origine algérienne, était visé par un mandat d'arrêt européen délivré par les juges d'instruction du pôle financier de Paris, mais ne répondait pas aux convocations des enquêteurs et ce depuis 2013. Il est soupçonné d'être impliqué dans l'affaire du financement libyen supposé de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.Claude Guéant et Nicolas Sarkozy, en octobre 2011.

En clair, le Pont-Lévy qui mène vers Alexandre Djouhri se trouve être un certain Fara Mbow, fils de l'ancien ministre sénégalais de l'Education nationale, ex directeur de l'Unesco et ancien président du comité de pilotage des Assises nationales. Mais pourquoi cet homme d'affaires, intermédiaire financier, familier des réseaux de la droite française, proche successivement de Dominique de Villepin puis de Nicolas Sarkozy, est-il présenté comme un homme si sulfureux? Doté d'un riche carnet d'adresses, il est présenté comme intermédiaire entre des industriels et politiques français et étrangers, notamment africains, moyen-orientaux, chinois ou russes. Avant d'atteindre les hautes sphères de l'État, Alexandre Djouhri, "Ahmed" de son vrai prénom, a cotoyé les caïds. Le parquet financier le soupçonne de détournements de fonds à la faveur de la vente d'une villa sur la Côte d'Azur à Bachir Saleh, l'ancien grand argentier du régime de Khadafi dont le nom apparait dans les accusations de financement occulte de la campagne présidentielle de 2007.

Il avait jusque-là toujours refusé de répondre à la justice française, selon L'Obs.

Recommande: