Égalité salariale. Marlène Schiappa veut plus de transparence

09 Janvier, 2018, 01:44 | Auteur: Lynn Cook
  • French Junior Minister for Gender Equality Marlene Schiappa addresses deputies during a session of questions to the Government

Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, a annoncé lundi qu'"un plan dur et concret" sur l'égalité salariale devrait voir le jour d'ici "quelques semaines ou mois". "Les employeurs ont déjà des obligations de déclaration annuelle des salaires; on pourrait avoir accès aux salaires, mais en terme de moyenne, avec des pourcentages d'écart".

Mettre en place des sanctions.

Désormais, les employées allemandes qui s'estiment sous-payées peuvent demander à connaitre le salaire de leurs collègues masculins. La quinzaine de lois existant sur le sujet "ne marchent pas", d'après elle. "Ca ne me choque pas".

Aux yeux de Marlène Schiappa, une transparence des salaires "est plutôt une bonne idée". Les entreprises de plus de 500 employés doivent, en outre, communiquer régulièrement leur structure salariale et les écarts de salaire. "Je crois que la transparence pourrait être l'un des axes" de lutte en faveur d'une légalité salariale effective. En France, "l'Etat n'est pas exemplaire, il doit le devenir", a-t-elle reconnu sur la chaîne franceinfo.

En 2012, le vote de la loi Sauvadet nous faisait espérer la parité ou presque, avec l'obligation de recruter 40 % minimum de femmes pour les postes de hauts fonctionnaires pour 2018.

Deux ministères ont ainsi été mis à l'amende - 120'000 euros (quelque 139'160 francs) pour le ministère des Armées, 60'000 euros pour celui de la Justice - pour ne pas avoir nommé suffisamment de femmes à des postes de hauts cadres.