"En 2010, il fallait des coupables" — Ribéry

08 Janvier, 2018, 09:18 | Auteur: Ruben Ruiz

"Des fois, je me pose aussi la question encore (pourquoi je suis passé du chouchou au mal-aimé)".

"Ma mauvaise image? C'est beaucoup les médias encore, ils font beaucoup de bruit pour rien". Comme lorsqu'il ressasse encore notamment Knysna et le Mondial 2010: "L'histoire avec Yoann Gourcuff, ça m'a beaucoup gêné". C'était moi la racaille. Soi-disant, je l'ai giflé. Ça ne me plait pas ça. On est en train de me faire passer pour une mauvaise personne et toi pour la victime'. Et je lui ai demandé de parler pour expliquer. Au moment de répondre aux questions, Ribéry a paru toujours aussi touché par ce qu'on a pu dire de lui à l'époque. "Toute la France a cru à ce problème-là". "J'étais à bout, je n'en pouvais plus". C'était que de la polémique sur moi. On notera que Ribéry, comme l'ensemble des joueurs français interrogés par Dacourt dans ce documentaire, tous membres d'une seule et même génération tricolore, le milieu offensif n'est en revanche pas du genre à se remettre en cause... Parce que j'en ai souffert. J'en ai beaucoup discuté avec ma femme. Le milieu offensif français en veut également au peuple français et aux médias de l'Hexagone, qui ne l'ont selon lui pas assez soutenu.

Au cours de ce documentaire, riche de nombreux témoignages (Abidal, Ibrahimovic, Henry...) l'ancien joueur de l'OM est revenu aussi sur sa cicatrice, son enfance difficile dans le Nord-Pas-de-Calais, l'éducation qu'il souhaite transmettre à ses enfants ou encore les difficultés de réussir au plus haut niveau.

Recommande: