80 km/h. Philippe prêt à être impopulaire pour "sauver des vies"

08 Janvier, 2018, 07:38 | Auteur: Lynn Cook
  • Daniel Quéro:

Après des décennies de progrès, nos résultats se sont dégradés.

Mardi (ndlr: le 9 janvier), nous tiendrons un comité interministériel de la sécurité routière pour aborder ce sujet, et pas seulement sous l'angle de la réduction à 80 km/h de la limite de vitesse sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central, comme on les appelle. Je refuse de considérer cela comme une fatalité. Plus précisément, sur les routes à double sens dépourvues de séparation au milieu. Histoire d'inverser la courbe de mortalité. Cette mesure impopulaire qui suscite de vives réactions parmi les automobilistes se fraie enfin un chemin jusqu'au plus haut niveau de l'Etat.

Ce dimanche, le président du Sénat, Gérard Larcher (Les Républicains), a demandé "solennellement" la publication des résultats de cette expérimentation, pour ne pas imposer une restriction inutile à "des territoires souvent ruraux, des territoires qui ont le sentiment d'être abandonnés". "On pourrait même atteindre 600, si on la fait vraiment appliquer", lance Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière.

Interrogé sur le délicat dossier de la construction ou non d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), à propos duquel des discussions sont en cours à Matignon, le Premier ministre affirme que la décision, appelée à être annoncée d'ici la fin du mois, 'mûrit'.

"Je sais que si nous annonçons cette mesure je serai critiqué. Chaque fois qu'un responsable politique a eu le courage de s'engager, les résultats ont été spectaculaires" a martelé Édouard Philippe. "Mais je sais qu'elle va sauver des vies, et je veux sauver des vies", a indiqué, au "Journal du Dimanche", le Premier ministre. "Je comprends les arguments, et même la mauvaise humeur, mais je ne le fais pas pour augmenter les recettes de l'Etat (.) Et si pour sauver des vies il faut être impopulaire, j'accepte de l'être".

Recommande: