Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray : le loupé des services de renseignement

05 Janvier, 2018, 09:08 | Auteur: Lynn Cook
  • L'«énorme raté» des renseignements français?

Dans l'une d'elles, Adel Kermiche, qui indique avoir donné des cours à la mosquée de Saint-Étienne-du-Rouvray, appelle à frapper les églises: " Tu vas dans une église où il y a du polythéisme (sic) et tu déglingues tout le monde, je ne sais pas, moi!

Selon Mediapart, la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), les anciens renseignements généraux parisiens, "était aux premières loges pour assister aux préparatifs de l'attentat qui a coûté la vie à un prêtre et occasionné de graves blessures à un de ses paroissiens", à Saint-Etienne-du-Rouvray, le 26 juillet 2016.

Sur cette " note blanche", une note émise par les services de renseignements sans mention de son origine, du service dont elle provient ou du nom du fonctionnaire l'ayant rédigée, figure la retranscription des propos tenus une semaine avant l'attentat par Adel Kermiche, l'un des deux assaillants. L'administrateur y aurait posté photos, vidéos et messages vocaux.

Finalement, cinq jours plus tard, Adel Kermiche égorgera le père Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray avec son complice, Abdel Malik Petitjean.

Il confie ainsi qu'il a essayé de se rendre deux fois en Syrie, qu'il a usurpé une identité, a été arrêté en Allemagne et porte désormais un bracelet électronique. Mais lorsque le brigadier rédige la note avec ces informations, elle doit encore être validée par quatre niveaux hiérarchiques avant d'être éventuellement transmise. La note blanche donc, reste bloquée, jusqu'au 26 juillet, jour de l'attentat.

Pire! Pour éviter la polémique, la DRPP aurait demandé à son agent de postdater la fameuse note. "Mais, effectuée dans la précipitation, la manipulation sur le fichier conserve dans l'onglet Propriétés la date initiale" affirme Mediapart.

Recommande: