Tensions diplomatiques après un tweet de Trump — Pakistan

02 Janvier, 2018, 15:17 | Auteur: Lynn Cook

Le Pakistan a convoqué l'ambassadeur américain après les menaces de Donald Trump de supprimer l'aide à ce pays qu'il accuse de "mensonges et duplicité " sur le terrorisme. "Ils abritent les terroristes que nous chassons en Afghanistan, sans grande aide".

Islamabad, allié des Etats-Unis depuis la guerre froide, dément de longue date les accusations américaines et reproche à Washington d'ignorer les milliers de Pakistanais tués dans la lutte contre le terrorisme. "Nous n'avons pas de commentaire à faire sur la teneur de la réunion".

Interrogé peu après sur la chaîne pakistanaise Geo Television, le ministre pakistanais des Affaires étrangères Khawaja Mohammad Asif a attribué les commentaires de Donald Trump au fait que les Etats-Unis se retrouvent "dans une impasse en Afghanistan".

Le Pakistan "a donné gratuitement accès aux Etats-Unis à son espace aérien et terrestre, des bases militaires et une coopération en matière d'intelligence qui ont décimé al-Qaïda depuis 16 ans, mais ils ne nous ont rien donné en échange, à part des invectives et de la méfiance", a pour sa part tweeté le ministre pakistanais de la Défense Khurram Dastgir-Khan. Le président américain s'est adressé aux dirigeants du Pakistan et de l'Iran dans une série de messages sur le réseau social.

Le "New York Times" avait rapporté la semaine dernière que l'administration Trump examinait très sérieusement la possibilité de ne pas payer 255 millions de dollars d'aide dont le versement a déjà été retardé, estimant qu'Islamabad ne fait pas assez pour combattre les groupes terroristes qui se trouvent sur son territoire.

Islamabad n'a pas tardé à réagir au tweet du président américain.

"Nous versons des sommes énormes chaque année au Pakistan".

Les relations avec le Pakistan sont rendues plus complexes par le fait que le pays est une puissance nucléaire, un arsenal que les partenaires d'Islamabad ne souhaitent pas voir tomber aux mains d'extrémistes. "Il faut qu'ils nous aident", avait lancé le président.

"Trump est habitué à faire des déclarations très dures que ne font que vicier l'atmosphère et violer les subtilités diplomatiques".

La réaction du Pakistan ne s'est pas faite attendre.

Les Etats-Unis "ne prendront pas de mesure extrême car cela forcerait le Pakistan à interdire à leurs soldats et à leur ravitaillement de passer par (les postes frontières de) Torkham et Chaman", a-t-il ajouté. Il a aussi menacé de couper cette aide américaine.

Recommande: