Belle croissance pour le marché automobile français en 2017

02 Janvier, 2018, 14:49 | Auteur: Aubrey Nash
  • Belle croissance pour le marché automobile français en 2017

Dans le détail, un peu plus de 2,11 millions de voitures particulières ont été immatriculées, un chiffre encourageant, supérieur aux prévisions des constructeurs qui estimaient entre 3 et 4% de progression. Les données pour le seul mois de décembre montrent un total de 193 000 immatriculations neuves, c'est mille de moins qu'en 2016 à la même époque, mais il y a eu deux jours ouvrés de moins en décembre dernier.

Parmi les constructeurs français, la progression la plus nette revient à PSA.

Pour la première fois depuis 2000, il s'est vendu plus de voitures essence que diesel dont la part est tombée à 47,3 % des immatriculations en raison notamment de la hausse des taxes sur ce carburant (+7,6 centimes par litre depuis hier).

Les marques allemandes haut de gamme ont pour leur part poursuivi leur marche en avant en 2017: le groupe BMW, avec sa filiale Mini, a avancé d'environ 2,4% sur l'année, tandis que Daimler, qui réunit les marques Mercedes et Smart, a progressé de 7,2%, malgré un coup de mou en décembre. L'Observatoire Cetelem de l'automobile attend ainsi une hausse de 3,8% à 2,2 millions des immatriculations de voitures neuves en France sur l'année qui commence. Si Citroën et DS ont reculé (respectivement -2,3% et -0,3%), Peugeot affiche une croissance solide de 6,6%.

Une évolution d'autant plus remarquable que l'an dernier, la part de véhicules diesel nouvellement immatriculés se situait à un peu plus de 52% selon les données du CCFA.

Dans ce contexte, le déclin du diesel se confirme, avec une nouvelle érosion de ses immatriculations, qui n'ont représenté que 47,3 % du marché des voitures particulières neuves l'année dernière. Du côté des constructeurs étrangers, Volkswagen reste le premier importateur en France avec une croissance de 1,4%; Toyota bénéficie d'une progression impressionnante de 13,6%.

Il s'agit aussi anticiper l'essor de l'hybride et de l'électrique, qui n'ont toutefois représenté en 2017 que 5% du marché français.

Recommande: