Les élections du parlement catalan confirment l'indépendance de la Catalogne — Puigdemont

25 Décembre, 2017, 09:29 | Auteur: Jonathan Ford
  • Les élections du parlement catalan confirment l'indépendance de la Catalogne — Puigdemont

Elle a également de nouveau souhaité "un dialogue avec le gouvernement espagnol" de Mariano Rajoy. Ils ont par ailleurs battu avec près de 82% de votants le record historique de participation dans la région.

Police et justice espagnole continuent à enquêter sur le bloc indépendantiste et à poursuivre ses leaders (cf. DDM d'hier) avec pour conséquence, entre autres, la multiplication par la base séparatiste catalane de Comités de défense de la république (CDR) dans les quartiers et les villages, depuis les premières incarcérations.

La situation en Catalogne semble plus que jamais inextricable.

D'après Me Jaume Alonso-Cuevillas, l'un de ses avocats en Catalogne, l'ancien président de la Generalitat envisagerait "en principe" ce retour mais "il faut mesurer si cela vaut la peine, s'il peut faire davantage dedans que dehors, il est évident que s'il vient et est emprisonné, cela génère (.) un conflit politique très important", résumait l'avocat.

Elle ne dispose cependant pas d'alliés pour former une coalition de gouvernement: les socialistes n'ont que 17 sièges et le parti populaire (PP, conservateur) de M. Rajoy s'est effondré, ne recueillant que 4% des voix dans la région (3 sièges). Les trois partis indépendantistes obtiennent 70 élus sur 135, deux de moins qu'en 2015, mais toujours deux de plus que la majorité absolue. Les élections étaient donc devenues un référendum de facto pour ou contre les indépendantistes. Ou le chef du gouvernement 'change de recette ou nous changeons de pays', a-t-il encore affirmé dans un discours retransmis à la télévision. Juste après l'annonce des résultats, un électeur indépendantiste de gauche évoquait ainsi 'une sensation étrange': 'Nous gagnons en députés mais pas en nombre de voix', disait Fran Robles, médecin de 26 ans. Cela reflète bien la réalité, qui est que la Catalogne est politiquement divisée et que la seule façon de trancher la question est de la poser clairement dans un référendum'. Il va bien falloir qu'à Madrid "ils cèdent sur des choses qui leurs déplaisent". S'asseoir et dialoguer', résume le sociologue Narciso Michavila, dirigeant d'un institut de sondages à Madrid. Le parti centriste Ciudadanos a remporté les élections régionales anticipées organisées jeudi en Catalogne avec 25,35% des voix et 37 sièges au parlement régional, selon les résultats publiés par l'exécutif catalan après dépouillement de 99% des bulletins de vote. Mais les indépendantistes devront mettre de l'eau dans leur vin pour stopper la dégringolade du tourisme et des investissements depuis début octobre, ajoute-t-il.

Le plébiscite de l'indépendantisme, organisé en Catalogne par le gouvernement espagnol en violation de l'article 152 de la constitution espagnole et des articles 4 et 75 du statut catalan, valide le référendum et reconduit l'impasse.

De son côté Carles Puigdemont avait déclaré le 12 décembre qu'il reviendrait en Espagne s'il pouvait être investi président. La formation du candidat Xavier Albiol n'a obtenu que trois sièges et, pourtant, Mariano Rajoy a multiplié les voyages en Catalogne pendant la campagne pour le soutenir. "S'agissant d'une élection régionale, nous n'avons pas de commentaire à faire", a déclaré un porte-parole de l'Institution.

Le scrutin s'est déroulé sans incident malgré des semaines de tension, par une journée froide mais ensoleillée.

Recommande: