Syndrome du choc toxique : seconde amputation pour Lauren Wasser

22 Décembre, 2017, 00:17 | Auteur: Jonathan Ford
  • La mannequin Lauren Wasser va devoir être à nouveau amputée après un syndrome du choc toxique

Le top américain avait subi un choc toxique en 2012.L'histoire de Lauren Wasser est celui d'une survivante. Il y a cinq ans de cela, la jeune mannequin a utilisé des tampons hygiéniques dont la composition chimique a favorisé la propagation de staphylocoques dorés dans son corps.

Aujourd'hui, Lauren Wasser a annoncé au Washington Post l'ablation de sa seconde jambe. "Mon autre jambe, ma vraie jambe par contre, a un ulcère, je n'ai plus de doigts de pied". Malgré cette nouvelle épreuve cependant, la mannequin veut à tout prix conscientiser les femmes sur ce qu'elles mettent pour se prémunir des règles. Je suis à l'aise dans mon nouveau rôle en tant qu'activiste en marche contre une maladie qui affecte des milliers de personne.

Elle est l'une des premières femmes à avoir alerté l'opinion sur le syndrome du choc toxique.

Depuis, la jeune femme poursuit sa carrière de mannequin tout en alertant les jeunes filles sur les risques liés au port prolongé de tampons superabsorbants. Avec émotion, la jeune femme est revenue en détail sur le calvaire qu'elle a enduré, se disant néanmoins heureuse d'être devenue l'une des voix du combat. Elle a notamment donné une conférence Tedx sur le syndrome du choc toxique. Chose bientôt concrétisée puisque devrait être présenté en mai prochain un texte dirigé par la démocrate Carolyn Maloney. Auquel cas, les "National Institutes of Health" devront soutenir les recherches pour déterminer la sécurité des composants des produits hygiéniques féminins.

Recommande: