VIDEO Maltraitance animale: L214 dénoncent les conditions d'élevage de lapins

20 Décembre, 2017, 01:32 | Auteur: Lynn Cook
  • Vidéo. Les images choc de L214 dans un élevage de lapins en Charente-Maritime

L'association L214, qui milite pour le bien-être animal, a publié une nouvelle enquête pour dénoncer les pratiques d'élevage de lapins, dont la fourrure est destinée au marché du luxe.

Dans une nouvelle vidéo, l'association montre des images tournées entre septembre et novembre 2017.

Ces lapins sont une variété mise au point par sélection génétique par l'institut public français Inra (Institut national de la recherche agronomique) pour parvenir à une fourrure de haute qualité. "Cela va à l'encontre du discours de la filière, qui présente cette race comme éthique", dénonce Sébastien Arsac, porte-parole de L214. "Ce mode d'élevage est à l'origine de restrictions comportementales sévères, de blessures, et de comportements stéréotypiques", martèle l'association, qui indique que plusieurs vaccins et antibiotiques leur sont administrés. Concrètement, douze élevages, qui dépendent de cette coopérative, peuvent produire des lapins Orylag. Enfermés dans des cages, les animaux sont destinés à fournir leur viande à de grandes tables gastronomiques mais aussi leur fourrure pour des vêtements de luxe. Les élevages sont immmenses (100 lapins y sont tués à l'heure) et les chiffres de la mortalité y sont déments (30 à 35% des lapins meurent en cage). Il s'agissait ainsi d'un substitut idéal à la fourrure du chinchilla, rongeur d'Amérique du Sud aujourd'hui en voie de disparition dans son habitat naturel car sacrifié pour sa fourrure. L'association affirme également que les lapins sont gavés de médicaments (une information qui est cependant démentie par les éleveurs).

L'association a porté plainte contre deux élevages et contre l'INRA pour mauvais traitements.

Dans son communiqué, L214 vise trois marques en particulier, Dior, Fendi et Dolce & Gabbana - qui "utilisent la fourrure de cette filière", selon elle. Il se dit "extrêmement surpris et choqué de l'existence de telles images ".

"Les conditions montrées par ces images ne respectent pas le bien-être animal, mais elles ne nous paraissent pas représentatives de ce qui se passe chez nous", répond de son côté Denis Milan, le chef du département de génétique animale de l'INRA, interogé par Le Monde. Certaines marques de luxe ont récemment décidé de renoncer utiliser la fourrure animale dans leurs collections, comme Gucci, Michael Kors, Armani, Hugo Boss ou encore Stella McCartney.

Selon lui, elles ne correspondent pas aux "valeurs que nous défendons et aux soins que nous apportons aux animaux".

Recommande: