Droite et extrême droite font valider leur accord de gouvernement

17 Décembre, 2017, 02:36 | Auteur: Lynn Cook
  • Heinz-Christian Strache et Sebastian Kurz

Le parti d'extrême droite autrichien FPÖ obtient les ministères de l'Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères dans le cadre de la formation d'un gouvernement de coalition dirigé par le jeune chancelier conservateur autrichien Heinz-Sebastian Kurz.

En abordant l'année 2018 avec un gouvernement stable, l'Autriche prend de vitesse l'Allemagne, dont la chancelière Angela Merkel peine toujours à trouver un partenaire de coalition dans un paysage politique bouleversé par l'arrivée en force des populistes de l'AfD au Bundestag, la chambre basse du parlement.

L'ÖVP a remporté les élections législatives du 15 octobre avec 31,5 % des voix, après une campagne centrée sur la lutte contre l'immigration.

Le succès de ces négociations était largement anticipé, M. Kurz s'étant rapproché, durant sa campagne, des thématiques chères au FPÖ. Heinz-Christian Strache, le président du parti, héritera de la vice-chancellerie. Le FPÖ est arrivé troisième avec 26% des suffrages, juste derrière les sociaux-démocrates du chancelier sortant Christian Kern (27%). Le FPÖ disposera notamment des portefeuilles régaliens des Affaires étrangères, de l'Intérieur et de la Défense. L'Autriche va alors devenir le seul pays d'Europe occidentale avec un parti d'extrême droite au gouvernement.

Sebastian Strache assumera pour sa part les fonctions de vice-chancelier et sera également chargé de la Fonction publique et des Sports, a-t-il précisé au cours d'une conférence de presse aux côtés de M. Kurz à Vienne.

Il s'est par ailleurs porté garant du fait que son gouvernement conservera "une forte orientation européenne", malgré le scepticisme traditionnellement affiché par le FPÖ dans ce domaine. Kurz et Strache sont en revanche d'accord pour s'opposer à une plus grande intégration européenne, notamment sur les questions sociales.

Artisan d'une alliance du FPÖ avec le parti Russie unie de Vladimir Poutine, Heinz-Christian Strache est par ailleurs favorable à un rapprochement entre l'Autriche et le groupe de Visegrad, qui comprend des pays ouvertement eurosceptiques comme la Pologne et la Hongrie.

De nouvelles manifestations sont programmées pour lundi, jour prévu pour l'investiture du nouveau gouvernement.

Recommande: