Violences faites aux femmes: Robert Ménard choque avec une campagne jugée "ignoble"

14 Décembre, 2017, 05:39 | Auteur: Lynn Cook
  • L'affiche du maire de Béziers qui crée la polémique- Image Twitter

Mardi soir, au lendemain de leur mise en place, il ne restait plus aucune affiche dans la ville, a assuré à l'AFP son service de communication, ajoutant que l'opération était destinée à être de très courte durée.

Le Préfet de l'Hérault, Pierre Pouëssel, a également réagi via un communiqué: "Le maire de Béziers a, une nouvelle fois, lancé une campagne d'affichage marquée au sceau de la vulgarité".

Le Tribunal de Grande Instance de Béziers a ouvert une enquête. Problème: la scène dépeinte par l'affiche fait implicitement référence à un drame survenu à Béziers au mois de juin 2017, lorsqu'un homme avait tué sa femme en l'attachant au rail du TGV. En Charente, un homme avait ligoté sa femme sur les rails du TGV Paris-Nantes et s'tait allongé à côté d'elle avant que le train les tue.

Immédiatement, les réactions ont été vives sur les réseaux sociaux. "On sait que tous les ans, 120 femmes meurent sous les coups de leur conjoint ou de leur ex-compagnon", explique Laurence Rossignol sur RMC.

Ce féminicide abjecte est l'illustration de la violence qui persiste à l'égard des femmes dans notre société. Robert Ménard assure avoir été Charlie et rendu hommage au western. On peut voir sur cette affiche une femme sur les rails, pieds et poings liés en train de crier alors qu'une locomotive arrive. "Je ne savais même pas que ce fait divers avait eu lieu" se défend Robert Ménard, toujours au micro de RTL, avant de passer à l'offensive. Il n'en fallait pas plus pour choquer le monde et dénoncer l'apologie des violences faites aux femmes.

Le PCF demande de plus que ces affiches soient retirées et que des sanctions soient prises contre les élu.e.s qui encouragent des affichages sexistes.

Les droits des femmes leur servent d'étendard, lorsqu'il s'agit de critiquer "l'étranger" ou "l'immigré", qui selon eux, ne respecterait pas les femmes.

Ainsi, la question des droits des femmes pour ces têtes pensantes d'extrême-droite n'est qu'une excuse afin de dissimuler ou justifier un discours puant teinté de xénophobie.

Recommande: