Mince espoir d'accalmie en Californie — Incendies

13 Décembre, 2017, 03:17 | Auteur: Lynn Cook
  • AFP  K. Grillot

En une semaine, le seul "Thomas Fire" a parcouru 570.000 hectares, soit plus que la superficie de la ville de New York, et détruit près de 800 bâtiments. "Notre maison est menacée par les flammes, on a dû évacuer nos animaux", a témoigné sur Twitter la présentatrice Ellen DeGeneres, qui habite Montecito. Ça peut aller des deux côtés.

Parti lundi soir, "Thomas", le nom de l'incendie qui a déjà ravagé les alentours de la ville de Ventura, n'était toujours contenu qu'à 15% dimanche et était en passe de devenir l'un des plus grands feux de forêt de l'histoire de la Californie.

"Une météo propice aux incendies va permettre une expansion significative au foyer vers le comté de Santa Barbara, menaçant les communautés de Montecito et Summerland", a indiqué Calfire dans un communiqué.

Selon le service de météorologie nationale, le vent a de nouveau faibli et ne devrait plus souffler dimanche qu'à une vingtaine de kilomètres par heure au maximum après des pointes à plus de 130 km/h mercredi.

Quelque 8 500 pompiers continuent à combattre les incendies qui ravagent depuis une semaine le sud de la Californie, dans les régions de Los Angeles, Santa Barbara et San Diego.

Ailleurs dans le sud de la Californie, les cinq autres feux ayant démarré lundi dernier semblaient sous contrôle, et le foyer "Lilac", au nord de San Diego, le plus important après "Thomas", ne progresse plus pour le moment.

Le bilan humain s'élève toujours à un mort et quelques blessés.

Au total, les feux ont détruit plus de 100'000 hectares et provoqué l'évacuation de centaines de milliers de personnes. Il a souligné que l'ampleur de ces incendies était liée au réchauffement climatique et a prévenu que ces sinistres devenaient une "nouvelle norme". Le président Donald Trump a publié vendredi une déclaration d'urgence pour cet Etat de la côte ouest, permettant le déblocage de l'aide fédérale pour Los Angeles et sa région.

La baisse sensible de la vitesse du vent a favorisé lundi le travail des pompiers qui luttent depuis une semaine contre des incendies dans le sud de la Californie.

C'est la seconde fois cet automne que la Californie est le théâtre de violents incendies: en octobre, au nord de San Francisco, les flammes ont fait 43 morts, contraint 10.000 habitants à évacuer leur domicile et détruit 10.000 hectares.

Recommande: