Des variations de prix ahurissantes — Médicaments sans ordonnance

13 Décembre, 2017, 03:07 | Auteur: Jonathan Ford

Un rapport de l'Observatoire des prix de l'association Familles rurales, publié ce mardi matin dans Le Parisien, révèle que les prix des médicaments sans ordonnance ont augmenté de 4,3% en un an.

Sur les produits regardés à la loupe par Familles rurales, "seuls deux sont en baisse: l'Imodium (- 2,20 %) et le Strepsils (- 1 %)". La boîte de Nicopass, pour cesser de fumer, peut y être facturée 13,90 EUR comme 34,10 EUR.

Chaque pharmacie pouvant fixer les prix à sa guise, une solution oculaire comme le Dacryum peut être vendue ici à 1,95 €, et ailleurs à 8,50 €.

Depuis 2010, l'Observatoire des prix de l'association Familles rurales scrute l'évolution tarifaire d'une quinzaine de produits, parmi les plus consommés.

A l'heure des rhumes, de la grippe et de la gastroentérite, ceux qui seraient tentés de recourir à l'automédication et donc aux médicaments vendus sans ordonnance seraient bien avisés de comparer les prix, et de prévoir un certain budget.

L'association constate que, d'une pharmacie à l'autre, le prix d'un médicament passe, en moyenne, du simple au triple. L'anti-maux d'estomac Maalox oscille entre 2,75 euros et. "Ce qui constitue de fait un véritable frein" à la lutte contre le tabagisme, pointe Familles rurales.

L'étude relève que les variations de prix sont plus importantes "dans les officines".

Dans ce contexte, faut-il privilégier l'achat sur internet?

Cette dernière a été réalisée en septembre et octobre 21017 et porte sur les prix de 14 médicaments fréquemment utilisés par les familles.

L'étude s'intéresse également aux éventuels avantages que représenterait pour le consommateur l'achat en grande surface ou sur Internet. "Gare aux idées reçues", prévient le dossier de presse de de Familles rurales.

Concernant les ventes de médicaments en grandes et moyennes surfaces (GMS), elles sont en concurrence avec les officines pour un certain nombre de produits. Le pharmacien a l'entière liberté de pratiquer les prix qu'il souhaite.

Familles Rurales invite également "les consommateurs à la vigilance aussi bien en officine que sur internet".

L'étude, qui s'appuie sur 43 sites internet, a relevé que 20% d'entre eux n'affichaient pas de logo européen "pourtant obligatoire", 30% n'obligent pas à remplir un questionnaire et 20% ne respectent pas "les règles élémentaires du commerce électronique comme le pré-cochage pour l'envoi d'informations commerciales" ou le traitement des données personnelles.

Conclusions: le prix de six de ces médicaments est à la hausse, jusqu'à 9%, même en tenant compte de l'inflation et seuls deux sont en baisse.

Recommande: