" "Proclamer Jérusalem capitale d'Israël profitera " aux groupes terroristes " — Erdogan

07 Décembre, 2017, 03:07 | Auteur: Lynn Cook
  • Jérusalem: «rupture diplomatique» avec Israël (Erdogan)

Théoriquement, selon le département d'Etat américain, M. Trump doit décider aujourd'hui s'il renouvelle (comme l'ont fait chaque six mois tous ses prédécesseurs et lui-même en juin) une clause dérogatoire à la loi qui impose, depuis 1995, d'installer l'ambassade à Jérusalem.

Il a averti Washington que Jérusalem était la "ligne rouge" à ne pas franchir pour les musulmans, ajoutant que si Washington prenait cette décision, Ankara réagirait, notamment en convoquant une réunion de l'Organisation de coopération islamique (OCI) à Istanbul.

La Turquie est la présidente en exercice de l'OCI, qui compte 57 membres.

Rompant avec des décennies de prudence américaine sur un dossier potentiellement explosif, M. Trump va reconnaître mercredi Jérusalem comme capitale d'Israël en dépit des mises en garde des dirigeants de la région qui redoutent une flambée de violence.

"Nous n'accepterons plus la médiation de l'Amérique, nous n'accepterons plus la médiation de M. Trump".

"Le président a été clair sur cette affaire depuis le départ: ce n'est pas une question de si (l'ambassade sera effectivement déplacée de Tel-Aviv à Jérusalem, NDLR), c'est une question de quand", a affirmé Hogan Gidley, un porte-parole de la Maison Blanche.

Les dirigeants ont discuté du projet américain qui vise à reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Lors d'un entretien téléphonique dimanche avec son homologue palestinien Mahmoud Abbas, M. Erdogan avait insisté sur la nécessité de la création d'un Etat palestinien indépendant "avec Jérusalem-Est comme capitale".

La communauté internationale n'a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël ni l'annexion de sa partie orientale en 1967.

"Nous pourrions aller jusqu'à rompre nos relations diplomatiques avec Israël".

Il a souligné que cette ville est un lieu saint pour les Musulmans et constitue une "question très délicate" pour les pays musulmans. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: