Feu vert pour la centrale nucléaire de Tricastin — Energie

07 Décembre, 2017, 02:37 | Auteur: Aubrey Nash
  • La centrale nucléaire de Tricastin

EDF a procédé à plusieurs travaux de renforcement d'une digue susceptible de céder face à une éventuelle inondation. Ce redémarrage de la centrale du Tricastin permet à EDF d'aborder le pic hivernal de consommation d'électricité avec un plus grand nombre de réacteurs nucléaires opérationnels que l'an dernier (seuls 4 ou devraient être indisponibles contre neuf l'année dernière). L'ASN considère que l'état de la digue, après les investigations et les réparations menées par EDF, permet le redémarrage des réacteurs d'EDF et a donné son accord pour le redémarrage des réacteurs 2, 3 et 4. "Des renforts venus d'autres centrales viendront prêter main-forte aux équipes tricastines notamment dans les domaines de la maintenance lourde, des automatismes, de la chimie et du pilotage des installations pour raccorder les réacteurs au réseau électrique en toute sûreté", précise le service communication d'EDF Tricastin.

LIRE AUSSI - Nucléaire: vivez-vous dans une zone à risque? L'unité n° 1 redémarrera fin décembre, le temps de remplacer une pièce située sur le circuit de refroidissement à l'arrêt.

EDF prévoit aussi de procéder à un nouveau renforcement de la digue afin qu'elle résiste à un séisme extrême. À la suite des travaux de confortement réalisés par EDF dans les délais prévus, l'ASN a validé la robustesse à un puissant séisme d'une portion de la digue du canal de Donzère-Mondragon. L'expertise menée par l'IRSN à la demande de l'ASN sur la digue ainsi renforcée confirme l'absence de brèche en cas de séisme majoré de sécurité (SMS), c'est-à-dire le plus important séisme étudié dans la démonstration de sûreté nucléaire.

EDF, qui prévoyait à l'origine de redémarrer la centrale du Tricastin dans les premiers jours de novembre, avait dû reporter l'opération à deux reprises, ce qui l'avait conduit à revoir à la baisse ses objectifs de production et de résultats mi-novembre.

Pour rappel, le 27 septembre, l'ASN avait imposé la mise à l'arrêt provisoire de la centrale nucléaire du Tricastin du fait d'un risque de rupture d'une portion de 400 mètres de la digue de Donzère-Mondragon en cas de séisme majeur. Il a également dit qu'EDF prévoyait toujours de finaliser le rachat de l'activité réacteurs d'Areva d'ici à la fin de l'année: "On est toujours sur ce chemin-là".

Recommande: