Le gouvernement "attaché" à une progression automatique — Smic

06 Décembre, 2017, 01:07 | Auteur: Lynn Cook
  • Une revendication pour l\'augmentation du smic de 400 euros

Le gouvernement est "attaché" à une progression automatique du Smic et relève que tout travail doit être rémunéré par un salaire "juste et décent", a indiqué mardi le ministère du Travail, après un rapport du groupe d'experts préconisant une réforme du salaire minimum.

Michel Beaugas, négociateur de FO, doute que le gouvernement prenne le risque de suivre les recommandations du groupe d'experts concernant la désindexation du smic. Pour ces économistes une hausse du smic n'a que peu d'effet sur le revenu des ménages les plus modestes, dont la situation est, selon eux, plus la conséquence de la faiblesse de leur temps de travail que du salaire horaire. Ce seuil de rémunération, revalorisé chaque année à la hausse depuis plus de quarante ans, est pourtant moins important que celui des autres locomotives économiques européennes, hors Royaume-Uni.En hausse permanenteLors de la dernière revalorisation, début 2017, le Smic avait augmenté de 0,93 %, atteignant 1 480,27 euros brut mensuels, soit 9,76 euros de l'heure, et 1 151,50 € nets.

Chaque année, le smic est augmenté, automatiquement, en tenant compte de deux données: la progression, sur douze mois, de l'indice des prix (hors tabac) pour les 20 % de ménages les plus modestes et la moitié de l'évolution annuelle du pouvoir d'achat du salaire horaire de base ouvrier et employé. Selon les experts, cet argent serait plus efficacement dépensé pour "des mécanismes ciblés de lutte contre la pauvreté, comme la prime d'activité ".

Ils font valoir que l'une ou l'autre de ces réformes rapprocherait la France de "la très grande majorité des pays développés où existe un salaire minimum national". "Elles renforceraient également le rôle de la négociation collective".

Mais on ajoute de même source que les propositions du rapport "s'intègreront dans les réflexions en cours" sur le partage des fruits de la croissance et de la valeur ajoutée et sur une plus grande convergence fiscale et sociale en Europe.

Bruno Le Maire et Muriel Pénicaud reçoivent mercredi les partenaires sociaux à Bercy pour en parler.

Renouvelé en août, le groupe d'experts sur le Smic est présidé par Gilbert Cette, professeur d'économie associé à l'université d'Aix-Marseille, et se compose notamment des économistes Andrea Garnero (OCDE), Isabelle Méjean (Crest), Marie-Claire Villeval (CNRS) et André Zylberberg (CNRS et École d'économie de Paris).

Des propositions dénoncées notamment par Force ouvrière, la CGT et la CFDT.

La composition du groupe d'experts a été profondément renouvelée durant l'été. Les syndicats, eux, estiment le contraire.

La CGT dénonce pour sa part un "rapport explosif pour dynamiter le smic" et assure qu'elle "ne laissera pas faire".

De son côté, la CFDT juge inenvisageable de "supprimer l'ensemble des variables de revalorisation automatique" du smic mais estime aussi que la question du salaire minimum "cache les véritables problèmes des salariés".

Recommande: