Les Houthis annoncent la mort de l'ex-Président Ali Abdallah Saleh — Yémen

05 Décembre, 2017, 06:03 | Auteur: Lynn Cook
  • Des images du corps présumé de Saleh publiées sur le Web

Les miliciens chiites houthis ont déclaré ce lundi 04 décembre 2017 qu'ils ont écrasé les éléments du Congrès général du peuple (CGP), leurs anciens alliés acquis à la cause de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, rapporte l'agence Reuters. Ils ont notamment pris la résidence d'un proche d'Ali Abdallah Saleh, le "ministre de l'Intérieur" du gouvernement rebelle Mohammed Abdallah al-Waqsi, tuant trois de ses gardes, selon des sources du parti de l'ex-chef de l'Etat. Une vidéo l'a montré transporté dans une couverture fleurie, les traits figés, et la chemise ensanglantée. Si cette information était confirmée, cela mettrait l'Arabie saoudite dans tous ses états, elle qui vient de bombarder copieusement les positions des Houthis à Sanaa, la capitale yéménite, pour justement permettre aux troupes de Saleh de prendre le dessus.

Un photographe de l'AFP a pu s'approcher de la résidence de l'ancien président à Hadda, quartier du sud de la capitale, mais n'a pas pu y entrer.

Le leader a été tué par ses anciens alliés, les rebelles houthistes, avec qui il avait rompu. Depuis mercredi dernier, les combats entre les deux camps ont entraîné plusieurs dizaines de morts et de nombreux blessés, aucun bilan n'ayant été communiqué de part et d'autre sur ce nouveau front qui met le Yémen, pays pauvre confronté à la pire crise humanitaire selon l'ONU, dans une situation critique.

Ali Abdallah Saleh a présidé le Yémen pendant 33 ans avant de céder le pouvoir en 2012 sous la pression de la rue.

Dans un coup de théâtre, M. Saleh s'était dit prêt samedi à ouvrir "une nouvelle page" avec les Saoudiens qui étaient devenus ses ennemis ces dernières années.

Recommande: