Plaisanterie douteuse au Burkina Faso: Macron s'explique

03 Décembre, 2017, 01:40 | Auteur: Sue Barrett
  • Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré et le président français Emmanuel Macron à leur arrivée à l'école Lagem Taaba

Mardi après-midi, après son discours devant les étudiants de Ouagadougou, Emmanuel Macron a visité une école de la capitale du Burkina Faso.

Explications de Philippe Hugon, directeur de recherche à l'Institut des relations internationales et stratégiques en France (audio).

Cette version des faits a ensuite été confirmée par un conseiller de Roch Marc Christian Kaboré, qui voulait "rassurer" les personnes ayant assisté à la scène. Emmanuel Macron ambitionne un doublement des partenariats universitaires français avec l'Afrique et l'instauration de visas de longue durée pour les étudiants africains diplômés en France.

Bain de foule pour Emmanuel Macron devant l'école Lagem Taaba à Ouagadougou
Bain de foule pour Emmanuel Macron devant l'école Lagem Taaba

Dans un entretien qu'il a accordé aux journalistes de France24 et de RFI, mercredi 29 novembre, le président français Emmanuel Macron est revenu sur sa réponse à cette jeune étudiante burkinabè qui l'avait interpellé sur le fait qu'on venait d'inaugurer une centrale solaire mais la Climatisation ne fonctionnait pas dans cet amphithéâtre de l'université. Le locataire de l'Elysée, un fervent supporter de l'Olympique de Marseille l'a indiqué dans un discours prononcé au Burkina Faso. "C'est le travail du président" enchaîna -t-il en le pointant du doigt, contraignant l'intéressé à quitter de suite la salle. "Il est parti réparer la climatisation".

Selon le président Macron, considérer qu'on ne peut pas faire de l'humour avec un dirigeant africain, ce serait étrange. "Je vous le confirme, j'aurais fait de l'humour avec tout dirigeant européen avec qui j'ai ce type de relation, persiste-t-il. Je l'ai fait avec Jean-Claude Junker, il se trouve qu'avec Roch Kaboré nous nous entendons bien, et donc nous plaisantons, et il ne vous aura pas échappé que ça l'a fait rire". Dans son discours sur le sport en Afrique, il a souligné que l'économie du sport ne doit pas uniquement se limiter à la vente des maillots, même lorsqu'il s'agit de ceux des meilleures équipes européennes. L'humour est le signe non pas d'une condescendance, mais "d'une relation d'égal à égal", a-t-il assuré. "On peut plaisanter de soi, et de l'autre". Constatant le départ du président burkinabé, il avait ajouté à son adresse: "Du coup, il s'en va. Reste là!"

C'est alors que M. Kaboré s'était levé et avait quitté la salle.

Recommande: