Des opérations d'évacuation vont être menées, annonce Emmanuel Macron — Esclavage en Libye

03 Décembre, 2017, 01:05 | Auteur: Lynn Cook
  • Emmanuel Macron et le président du Ghana Nana Akufo Addo le 30 novembre à Accra

Cette décision a été prise suite à une concertation entre les dirigeants de neuf pays européens et africains, de l'ONU, de l'Ua et de l'Ue. Lors d'une conférence de presse à l'ambassade de France, c'est Emmanuel Macron qui a annoncé les mesures prises par les participants.

"D'abord une action d'extrême urgence pour évacuer de Libye toutes celles et ceux qui veulent et peuvent l'être et les aider à revenir vers leur pays d'origine. On parle de 400.000 à 700.000 migrants africains en Libye", a-t-il dit.

"Il a été décidé par l'Union Africaine, l'Union Européenne, et les Nations unies d'apporter un soutien accru à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) afin d'assurer le retour de tous les Africains qui le souhaitent vers leur pays d'origine (...) dans les prochains jours, ce travail sera conduit par l'OIM, en collaboration avec l'Union Africaine et les pays d'origine, et avec le soutien de l'Union Européenne s'il est demandé", a-t-il ajouté.

Il sera aussi procédé au gel des avoirs des trafiquants qui seront identifiés. Libération rappelle que "60% de la population africaine a moins de 25 ans, et des centaines de milliers de jeunes désespérés par le chômage, la pauvreté et l'absence de perspectives dans leurs pays" s'aventurent clandestinement vers l'Europe dans l'espoir d'une vie meilleure. Ensuite il a annoncé des "opérations d'évacuation d'urgence" des migrants pris dans les filets de ce sordide trafic, "dans les prochains jours ou semaines". Le président français a également signalé qu'il "souhaitait procéder à des sanctions, dans le cadre de l'Onu, contre les passeurs".

Le président français a aussi affirmé que pour "réellement lutter contre ce qu'il se passe en Libye", il est nécessaire de "reconstituer un Etat pérenne" doté d'un "équilibre politique" [Jeune Afrique].

Au-delà des réseaux, Emmanuel Macron veut consolider le processus de paix en Libye. Le chef de l'Etat souhaite maintenant "étendre ce dispositif".