Sanctionner, frapper ou dialoguer — Corée du Nord

01 Décembre, 2017, 08:38 | Auteur: Lynn Cook
  • La Russie refuse d'isoler encore plus la Corée du Nord

La Russie a rejeté jeudi l'appel des Etats-Unis à couper les liens commerciaux et diplomatiques avec la Corée du Nord après son dernier tir de missile, appelant à des négociations et accusant Washington de vouloir "provoquer" Pyongyang.

"Et je compte beaucoup en particulier sur la Chine et la Russie pour prendre les sanctions les plus difficiles et les plus efficaces sur la Corée", a-t-il ajouté.

Le dernier tir nord-coréen, à une altitude inédite, constitue un camouflet pour Donald Trump qui avait assuré que le développement de telles capacités "n'arriverait pas".

Les plus récents appels américains au durcissement des sanctions et de l'isolement international de la Corée du Nord ont toutefois été rejetés par Moscou et ignorés par Pékin.

"C'est comme si les récentes démarches entreprises par les États-Unis étaient délibérément destinées à provoquer Pyongyang à entreprendre de nouvelles actions précipitées", a indiqué le ministre Segueï Lavrov. "Il semble que tout a été fait pour s'assurer que Kim Jong-un sorte de ses gonds".

Revenant sur les discussions qui ont eu lieu en septembre avec les autorités américaines, le chef de la diplomatie russe a indiqué que celles-ci avaient laissé entendre ne pas organiser de nouvelles manœuvres militaires avant le printemps. "La vraie question, c'est comment s'occuper du règlement" de la crise dans la péninsule, a pour sa part déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"Il faut concentrer nos efforts en commun sur la recherche d'une réponse à cette question", a-t-il ajouté.

Sergueï Lavrov a fait référence aux commentaires de l'ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, qui a prévenu que le test de missile nord-coréen " nous rapproche " d'une guerre que les États-Unis ne souhaitent pas. S'ils veulent trouver un prétexte pour "détruire" la Corée du Nord, comme l'a dit la représentante américaine au Conseil de Sécurité de l'ONU, qu'ils le disent ouvertement. Mais il a surtout critiqué la multiplication des sanctions en vue de forcer la Corée du Nord à renoncer à ses programmes nucléaire et balistique.

La Russie et la Chine préconisent de leur côté un dialogue avec la Corée du Nord, sur la base d'une feuille de route définie par les deux capitales.

Recommande: