Arrivée des premières aides à l'aéroport de Sanaa depuis 3 semaines — Yémen

28 Novembre, 2017, 02:54 | Auteur: Lynn Cook
  • Arrivée des premières aides à l'aéroport de Sanaa depuis 3 semaines — Yémen

La coalition sous commandement saoudien est intervenue au Yémen en mars 2015 pour stopper la progression des rebelles yéménites Houthis face aux forces gouvernementales. L'engin avait été intercepté au-dessus de l'aéroport international de Ryad.

Jeudi dernier, un représentant du département de l'aviation civile yéménite, Mazen Ghanim, a annoncé à Sputnik que la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, qui mène une opération militaire au Yémen, avait interdit à trois avions de l'Onu de se poser à l'aéroport international de Sanaa malgré l'autorisation donnée mercredi aux aéroports de Sanaa, de Hodeïda et de Saleef d'accueillir des vols humanitaires de l'Onu.

Mais le port de Hodeida (ouest), par où transitent les cargaisons de nourriture et de médicaments, reste fermé, déplorent des responsables de l'ONU.

Samedi matin, 1,9 million de vaccins sont parvenus dans la capitale yéménite, a indiqué sur Twitter la représentante de l'Unicef au Yémen, Meritxell Relano.

Selon l'Unicef, ces vaccins doivent servir a protéger 600.000 enfants contre la diphtérie, une maladie en progression eu Yémen.

Le pays est en proie à une épidémie de choléra: plus de 900 000 cas suspects ont été recensés depuis le mois d'avril, et près de 2 200 morts.

Le photographe de l'AFP a constaté sur le tarmac de l'aéroport les piles de cartons remplis de vaccins.

Selon la porte-parole de l'antenne régionale du Programme alimentaire mondial (PAM) Abeer Etefa, citée par Reuters, "le premier avion transportant des employés humanitaires a atterri à Sanaa samedi matin".

Dans un communiqué, le ministère français des Affaires étrangères s'est "félicité de la reprise des vols humanitaires", et appelé "à ce que cette mesure soit élargie aux accès maritimes au port de Hodeida".

Cette ouverture demeure limitée, largement en deçà des besoins d'un pays où sept millions de personnes se trouvent au bord de la famine, et qui dépendait à plus de 80 % de ses importations alimentaires dès avant la guerre, qui dure depuis mars 2015.

La guerre au Yémen oppose les forces gouvernementales du président Abd Rabbo Mansour Hadi qui ont été chassées en septembre 2014 de Sanaa, aux rebelles Houthis, issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme), très présente dans le nord, à la frontière saoudienne.

Recommande: