Les professionnels du soin des ongles doivent mieux se protéger — Substances toxiques

24 Novembre, 2017, 01:08 | Auteur: Jonathan Ford
  • Ongles: les professionnels du secteur exposés à des substances dangereuses

D'où la formulation d'un certain nombre de recommandations par l'Agence de sécurité sanitaire. L'Anses leur demande de contrôler que l'évaluation des risques des professionnels est bien réalisée par les metteurs sur le marché et qu'elle est systématiquement prise en compte dans les évaluations de sécurité chimique des ingrédients cosmétiques par le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs.

L'Anses estime que les professionnels doivent mieux se protéger et recommande de renforcer " les mesures de prévention du risque chimique, afin de réduire au minimum les expositions à des agents chimiques dangereux ".

Vernis classique ou semi-permanent, manucure, pose de faux ongles avec gels ou résines, décoration des ongles: l'essor spectaculaire du "nail art" expose prothésistes ongulaires et esthéticiennes à des risques sanitaires. Ces professionnels peuvent être salariés ou indépendants, exerçant dans des locaux dédiés ou au domicile des client (e) s. Les établissements d'activité de soin et de décoration de l'ongle sont de petite taille, employant souvent au plus cinq personnes.

Selon l'enquête des experts de l'Anses, " 696 substances ont été identifiées dans la composition des produits utilisés ou dans les atmosphères de travail ". Ces substances très préoccupantes sont des cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (CMR) ou des perturbateurs endocriniens (PE) potentiels.

Les pathologies les plus fréquentes diagnostiquées chez les travailleurs du secteur sont dans la moitié des cas imputées à une exposition aux méthacrylates présents dans les gels et les résines utilisés pour les faux-ongles. Parmi les pathologies les plus fréquemment diagnostiquées, l'Anses recense les affections cutanées (dermatites allergiques de contact), les affections des voies respiratoires et ORL (asthmes), les céphalées et les troubles musculo-squelettiques (TMS). En revanche, les concentrations en COV totaux et en toluène sont fortes si on les compare à celles mesurées dans les logements et dans l'air extérieur.

Enfin, les résultats de la campagne de mesures montrent également que les mesures de protection pour la prévention du risque chimique telles que la ventilation générale, la ventilation localisée de type table aspirante, le port de gants et de masques de protection contre les poussières, sont peu mises en œuvre par ces professionnels.

En matière de recherche, il apparaît nécessaire d'améliorer les connaissances sur les effets et les expositions, en particulier aux particules inhalées lors des opérations de ponçage et de limage, et notamment sur la toxicité de ces particules lors de ces opérations sur des ongles artificiels à base de (méth) acrylates.

Allergies cutanées, asthme, maux de tête.

Elle préconise également " de rendre obligatoire une formation diplômante harmonisée ", comprenant " un module sur la prévention des risques et les bonnes pratiques de travail ".

Recommande: