Israël prêt à une alliance avec l'Arabie saoudite contre l'Iran

19 Novembre, 2017, 08:08 | Auteur: Lynn Cook
  • La présidente du Front national Marine Le Pen le 2 novembre 2017 à Calais

"Nous sommes prêts à échanger notre expérience et les informations provenant du renseignement avec les pays arabes modérés pour faire face à l'Iran", a déclaré le lieutenant-général Gadi Eisenkot.

C'est l'Arabie Saoudite qui est à l'origine de l'affaire. Nous avons beaucoup d'intérêts en commun.

Sous le président américain Donald Trump, le contexte international se prêterait plus que jamais à la formation d'un front anti-iranien.

"Il faut mettre en place un plan majeur et général pour stopper le danger que représente l'Iran", souligne le général israélien. Le fait qu'un chef d'état-major israélien soit interviewé par un journal saoudien est en soi une révolution.

Il a ajouté qu'Israël n'avait pas l'intention "de déclencher un conflit avec le Hezbollah libanais", affirmant que "nous voyons des tentatives iraniennes visant à provoquer une escalade, mais je ne crois pas que ces efforts aient une chance de réussir". Quel que soit le "ouf" de soulagement des uns et des autres, maintenant que le Premier ministre putatif du Liban sera aujourd'hui même à Paris, force est de constater que le problème de fond reste entier et que le bras de fer officialisé par l'Arabie saoudite avec l'Iran demande à être résolu. Karim Émile Bitar estime que "les Libanais espèrent que la France jouera le rôle un peu de médiateur, qu'elle sera la voix de la raison, qu'elle incitera les Saoudiens à adopter une position moins maximaliste, qu'elle les incitera à lâcher du lest, qu'elle leur fera comprendre que la vie politique libanaise ne peut reposer que sur un compromis entre ses différentes factions, que vouloir régler son compte au Hezbollah sur le territoire libanais serait assez dangereux, car cela provoquerait un embrasement général".

Notant que les inquiétudes d'Israël et de l'Arabie saoudite sont identiques concernant 'l'expansionnisme' de l'Iran, Eisekot a précisé qu'il y avait une 'totale convergence de vue' entre les Saoudiens et le Israéliens à ce sujet.

Recommande: