Le terrible adieu, en larmes après la catastrophe de l'Italie — Gianluigi Buffon

17 Novembre, 2017, 00:22 | Auteur: Aubrey Nash
  • A l'image de Gianluigi Buffon gardien emblématique de la Squadra Azzura les Italiens pleurent l'élimination de leur équipe de la Coupe du monde 2018 à l'issue du match Italie-Suède le 13 novembre 2017

Le malheur des uns faisant, en sport peut-être plus qu'ailleurs, le bonheur des autres, rappelons que l'élimination de l'Italie, lundi, envoie la valeureuse Suède dans une Coupe du monde où elle a sa place.

A la sortie du stade de San Siro à Milan, la déception est toute aussi grande. "Je suis écoeuré par tout le système du football en Italie".

L'équipe d'Italie ne disputera pas le Mondial 2018. "L'idée de ne pas se qualifier pour la Coupe du monde 2018 serait une apocalypse", avait clamé Carlo Tavecchio, le président de la Fédération italienne, en septembre dernier. Pas d'arrêter, parce que le temps passe et que c'est normal que ça se passe comme ça. Son remplaçant Giampiero Ventura n'a pas trouvé la même alchimie offensive, ni même défensive.

"Vai Gigi!" (vas-y Gigi) hurlent alors les tifosi. Après une victoire de 1-0 à l'aller, les Suédois retrouvent le Coupe du monde. "Ils doivent partir et nous devons repartir de zéro", a lancé le vice-directeur de La Gazzetta dello Sport, Andrea Di Caro, dans sa chronique d'après-match. L'Italie tout entière ou presque, va donc découvrir l'année prochaine à quoi ressemble une Coupe du monde sans "sa Squadra Azzurra". Au même moment, la France, vice-championne du monde en titre, finit dernière du groupe A, le second groupe le plus facile, derrière le Mexique, l'Uruguay et l'Afrique du Sud. "Dans quelques mois, nous verrons le Mondial des autres: après 60 ans nous sommes une nouvelle fois dehors". Il n'y a pas d'alternative. c'est une honte footballistique intolérable, une tache indélébile", a développé sur son blog Ivan Zazzaroni, célèbre journaliste du quotidien romain, avant d'ajouter: "Apocalypse, tragédie, catastrophe.

Recommande: