Echec de l'exécution d'un condamné américain grièvement malade — Ohio

17 Novembre, 2017, 01:14 | Auteur: Lynn Cook
  • Ohio: échec de l'exécution d'un condamné américain gravement malade

Les agents pénitentiaires ne sont pas parvenus à trouver une veine suffisamment solide pour supporter la perfusion de substances mortelles.

L'événement est présenté comme rarissime dans l'histoire des exécutions en Amérique, mais il n'en choque pas moins. Les tentatives ont finalement échoué, rapporte entre autres Arcinfo en se basant sur la déclaration de la porte-parole des services pénitentiaires de l'Ohio: "Les tentatives de pose d'une intraveineuse se sont soldées par un échec". "L'état de santé et l'évolution médicale de Alva Campbell sont pris en compte afin de prendre les mesures de protection nécessaires adaptées pour son exécution", a expliqué Mme Smith. Alva Campbell, 69 ans et gravement malade, condamné à la peine capitale pour le meurtre d'un jeune homme de 18 ans en 1997, aurait été soumis mercredi à une séance de "torture", sanglé sur son lit d'exécution. Une nouvelle date sera fixée prochainement pour procéder à l'exécution. Son état de santé est tel que les agents pénitentiaires devaient lui fournir un oreiller spécial pour pouvoir respirer afin que l'exécution puisse avoir lieu. Ses avocats avaient demandé, en vain, que son exécution soit suspendue en raison de sa condition.

L'un des avocats du condamné, citant ce dernier, a ensuite déclaré: "c'est un jour que je n'oublierai jamais".

L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) de l'Ohio a dénoncé dans un communiqué la séance de "près de deux heures de torture" infligée au prisonnier, qui avait été transporté en fauteuil roulant jusqu'à la salle d'exécution. "Ceci n'est pas la justice et ceci n'est pas humain", a commenté l'organisation de défense des droits et libertés. Les différents représentants du sexagénaire avaient d'ailleurs appelé à la suspension de l'exécution en raison de la grave insuffisance pulmonaire dont souffre leur client.

Le responsable de l'association a également appelé l'Etat à déclarer un moratoire concernant la "pratique cruelle", qui est d'injecter létalement un produit à un être humain. Il est équipé d'une poche de colostomie, ne peut se déplacer sans déambulateur et a peut-être un cancer des poumons, assurent ses défenseurs.

"L'exécution avortée d'Alva Campbell conforte les militants contre la peine de mort qui dénonçaient un acte " barbare ". " John Kasich et les tribunaux auraient dû écouter les avocats d'Alva " a tweeté, mercredi 15 novembre, Helen Prejean, une religieuse catholique connue pour son combat contre la peine capitale. En liberté conditionnelle, il a de nouveau été arrêté en 1997 pour un vol accompagné de circonstances aggravantes.

Recommande: